Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Et les dix jeunes innovateurs français distingués par le MIT sont...

| |

Par publié le à 14h34

Et les dix jeunes innovateurs français distingués par le MIT sont...

Les dix lauréats français 2016 du concours Innovators Under 35.

Un stent intelligent, un bois bionique translucide, des autocollants bioluminescents, une flotte de drones autonomes, une intelligence artificielle pour les étudiants... Découvrez en images les innovations des dix lauréats français 2016 du concours Innovators under 35, organisé par la MIT Technology Review. 

La MIT Technology Review a distingué, mercredi 13 avril, dix jeunes innovateurs français à l'occasion de l'événement Innovators under 35. Lancé aux Etats-Unis, le concours s’est décliné en France, avec le soutien de l’Atelier BNP Paribas, il y a quatre ans et est désormais présent dans 15 pays à travers le monde. Objectif : détecter de jeunes innovateurs qui développent des technologies de rupture pour répondre à des enjeux majeurs de notre société. 

Découvrez la promotion 2016 en images : 

 

  • Matthieu Claybrough orchestre une flotte de drones

    Matthieu Claybrough pourrait bien réduire les temps d'attente à l'aéroport. Sa start-up Donéclé a combiné deux briques technologiques pour permettre à trois drones de voler en autonomie afin de détecter les défauts des carlingues d’avion, notamment après un impact de foudre. Le dispositif permet de réaliser cette opération d’inspection en 20 minutes, contre 8 heures et la mobilisation de 15 personnes avec l’approche traditionnelle.

  • Jeremy Stoss déploie le concept de "cash to good" en Afrique

    Jeremy Stoss est le co-fondateur de la start-up Afrimarket. Fondée en 2013, la jeune pousse a développé une technologie qui permet à un émetteur d’envoyer une enveloppe d’argent virtuelle et de décider de la manière dont l’argent sera utilisé (dans une pharmacie, une librairie, etc.) grâce à un réseau de partenaires. Le service est présent dans cinq pays d'Afrique.

  • Franz Bozsak développe un stent intelligent pour lutter contre les accidents vasculaires

    Franz Bozsak a cofondé la start-up Instent qui développe des stents connectés. Les stents sont des dispositifs médicaux implantés entre autres dans les artères coronaires pour les maintenir ouvertes et éviter les crises cardiaques. L’objectif de la start-up est d’équiper les stents de micro-capteurs afin de pouvoir identifier les cellules qui le recouvrent pour permettre aux médecins de suivre le processus de guérison.

  • Sandra Rey veut coller des autocollants bioluminescents sur les vitrines des magasins

    Et si on n’avait plus besoin d’électricité pour produire de la lumière ? Ce challenge, Sandra Rey de la start-up Glowee, compte bien le relever. La jeune pousse utilise la bioluminescence de micro-organismes marins pour proposer un système d’éclairage naturel et peu coûteux. L’idée, dans un premier temps, est d’utiliser cette approche pour illuminer les vitrines des magasins.

  • Clémentine Chambon transforme les déchets agricoles en électricité

    Clémentine Chambon s’est spécialisée dans la transformation des déchets agricoles en électricité. C’est d’ailleurs le cœur de sa start-up Oorja. Lancée en 2014, elle vise à développer un système hybride, reposant sur les déchets agricoles et le photovoltaïque, pour apporter un accès stable à l’électricité dans les zones rurales en Inde. Un premier projet pilote doit être lancé en octobre prochain. Clémentine a décroché le prix de l’entrepreneur social de l’année.

  • Timothée Boitouzet concocte un bois bionique translucide

    Architecte de formation, Timothée Boitouzet est l’innovateur de l’année 2016. Il a breveté une technologie qui permet de rendre le bois plus résistant, imperméable et translucide. Sa start-up Woodoo entend lancer un premier produit sur Kickstarter en 2017. Outre le mobilier, Woodoo entend également s’attaquer au second œuvre, puis d’ici 5 ans, à la construction en bois. En ligne de mire : la fabrication de gratte-ciel en bois.

  • Laurent Boitard veut révolutionner le travail des laborantins

    Laurent Boitard veut révolutionner la recherche et le diagnostic bactériologique. Sa start-up Millidrop s’appuie sur la technologie milli-fluidique qui permet de cultiver des bactéries à l’intérieur d’une simple goutte, de placer ces gouttes dans un tube et d’en analyser des milliers en parallèle. La jeune pousse a mis au point un premier instrument : le Millidrop Analyzer.

  • Marjolaine Grondin développe une intelligence artificielle pour les étudiants

    « Jam n’est pas une application » prévient d’emblée Marjolaine Grondin, cofondatrice de la start-up Jam. La jeune pousse a développé une intelligence artificielle supervisée par des humains dédiée aux étudiants. Ces derniers peuvent alors poser toutes sortes de questions, comme : « où trouver un stage de fin d’études ? », par SMS, Twitter ou Messenger et recevoir une réponse dans les minutes suivantes.

  • Vincent Bryant ausculte les bâtiments à distance

    Pour Vincent Bryant, seuls deux ingrédients suffisent pour savoir où et comment réaliser des économies d’énergie dans un bâtiment : des données et des modèles statistiques. Pas besoin de capteurs supplémentaires ! Sa start-up Deepki a développé une plate-forme SaaS qui collecte les informations existantes (factures de consommation, liste des appareils qui consomment de l’énergie, horaires d’ouverture, etc.) pour définir les économies d’énergie les plus rentables à réaliser.

  • Stanislas Niox-Chateau réinvente la prise de rendez-vous médicale

    8 milliards de rendez-vous médicaux sont pris chaque année en Europe. Et pour beaucoup, cette prise de rendez-vous est un véritable casse-tête. Partant de ce constat, Stanislas Niox-Chateau a créé la plate-forme Doctolib. En ligne depuis 2013, elle permet aux patients de prendre des rendez-vous sur Internet avec un médecin généraliste ou spécialiste.

Play Pause diaporama Et les dix jeunes innovateurs français distingués par le MIT sont...
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Une réaction

Bandeirante
Le 27/04/2016 à 07h59
Ces innovations sont originales et utiles. Est-ce que des candidats pourraient se pencher sur la sécurité et le confort pour les véhicules à 2 roues dans leurs déplacements - vélo, moto, etc. - ?. En effet, une détection intelligente des obstacles environnants pour avertir l'usager des multiples véhicules ou situations qu'il n'a pas la possibilité de voir serait un atout. Le conducteur d'un 2 roues a une vision unique et étroite derrière son guidon. Les zones arrière et latérales sont difficiles sinon impossibles à surveiller lorsque l'on est en équilibre sur 2 roues. D'une manière générale, je remarque que tous les véhicules sont "aveugles" et ne communiquent pas entre eux au niveau automatique/électronique. Porter une attention constante sur le traffic est pénible et ennuyeux. Une assistance de confort qui dinamiserait la conduite sans démettre le conducteur de sa responsabilité serait idéale.

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur