Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

DOSSIER :

Energie : à la conquête des mers

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Energie : à la conquête des mers

| | |

Par publié le à 09h10

Energie : à la conquête des mers

Les mers et océans sont l'objet d'un nouvel eldorado : celui des énergéticiens, à la conquête d'une électricité propre et renouvelable, et à terme compétitive. Quand certains misent sur le gigantisme des machines, d'autres travaillent sur des concepts originaux, mais toutes ont un seul objectif : dompter l'énergie du large.

Éoliennes, hydroliennes, centrales marémotrices... Les projets de centrales électriques installées au large déferlent sur la mer. À la perspective de ces immenses fermes de machines, les énergéticiens de tous les pays ont les océans dans leur viseur. Les mers offrent en effet d'inépuisables ressources bienvenues pour décarboner les mix énergétiques des pays développés. Il existe pour cela de nombreuses filières complémentaires : les éoliennes pour les sites fortement ventés, les hydroliennes pour les baies aux courants très importants, les centrales thermiques pour les eaux chaudes du sud, auxquelles il faut encore ajouter les machines marémotrices, houlomotrices, et osmotiques. Les filières éoliennes et hydroliennes sont les plus avancées industriellement, particulièrement en Europe, où les sites en mer du Nord sont investis par les éoliennes depuis vingt ans. Mais toutes les filières sont confrontées aux exigences très fortes du milieu marin : salinité, violence des éléments, colonisation des organismes marins. Y installer des machines coûte cher, et les maintenir en état presque autant. Pour diminuer les coûts de production de l'électricité, les consortiums industriels vont chercher les vents et les courants les plus importants pour lesquels ils vont privilégier les machines les plus grosses possible pour faire des économies d'échelle, tandis que des jeunes pousses privilégient des concepts originaux « low cost ». Les opérations en mer sont optimisées et les matériaux rendus plus résistants pour réduire les coûts d'installation et de maintenance. Les industriels misent aussi résolument sur l'emploi des capteurs et des données numériques pour prédire les défaillances des machines. Prenant le pas de ses voisins, la France - en retard dans ce domaine - s'est engagée résolument dans l'aventure des énergies marines et devrait voir sortir de l'eau ses premiers projets d'ici 2020. Une nouvelle conquête des mers totalement en phase avec l'un des principaux défis de notre XXIe siècle : la maîtrise d'une énergie renouvelable propre à assurer l'ensemble des besoins énergétiques de l'humanité.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique