Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Enedis a installé 8 millions de compteurs Linky en deux ans

| | | |

Par publié le à 14h27

Enedis a installé 8 millions de compteurs Linky en deux ans

Linky est composé d'une partie compteur et d'une partie logicielle évolutive, qu'il est possible de mettre à jour.

Avec près de 8 millions de compteurs communicants Linky installés, Enedis poursuit le remplacement, parfois difficile, des 35 millions de compteurs électriques qui doit prendre fin en 2021. Le but ? Rendre possible le pilotage d'un réseau électrique de plus en plus complexe avec l'augmentation des sources d'énergie renouvelables disséminées et de véhicules électriques. Les données collectées permettent d'assurer l'équilibre nécessaire entre production et consommation.

Depuis décembre 2015, presque huit millions de compteurs Linky ont été déployés dans toute la France. « Nous suivons exactement la trajectoire qui était prévue », assure Bernard Lassus, directeur du programme Linky chez le distributeur d’électricité Enedis, lors d’une réunion organisée le 13 décembre pour faire le bilan après deux ans de déploiement. En décembre 2018, 16 millions de compteurs devraient être installés. Objectif final : 35 millions d’ici 2021.

S'adapter au terrain

Malgré l’expérience d’Enedis en matière de remplacement de compteurs, Bernard Lassus admet avoir été confronté à une réalité de terrain différente pour le déploiement de Linky. « Nous déployions environ un million de compteurs par an avant 2015, déclare-t-il. C’est une activité commune. Mais à partir de décembre 2015, nous avons dû nous adapter. » Notamment en termes d’information. Départs d’incendies, collecte de données intrusive, système non-évolutif sur le long terme et vulnérable aux attaques de cybersécurité,… Linky est en effet, encore aujourd’hui, accusé de bien des maux. Cette résistance n'apparaît toutefois que dans une minorité de communes : « Dans la majorité des endroits, il ne se passe strictement rien », tient même à faire savoir le directeur du programme. L'homme écarte d'ailleurs les critiques du revers de la main. Le nombre d’incendies n'a selon lui nullement augmenté depuis le déploiement des compteurs communicants. Il ajoute que les données ne permettent pas de connaître le détail de la consommation à l’intérieur du logement et qu’Enedis respecte l’ensemble des recommandations de la Commission nationale de l’information et des libertés (CNIL). Enfin, il rappelle que le compteur est composé de deux parties : une partie métrologie qui compte, et une partie logicielle, qu’il est possible de faire évoluer dans le temps.

Changement de modèle

S'il est parfois difficile à faire accepter, le compteur communicant est pourtant considéré par Enedis comme un maillon essentiel au déploiement à grande échelle des énergies renouvelables. « L'intégration de sources de production et de consommation un petit peu partout changent complètement la manière de piloter, relève Bernard Lassus. Nous sommes obligés de le faire au niveau local, donc cela nécessite un pilotage extrêmement fin. » Les données fournies par Linky permettent de savoir ce qui est produit à un endroit et consommé dans un autre pour ajuster en permanence l’équilibre entre production et consommation.

Dans l’ancien modèle de production d’énergie centralisé, le courant allait de manière descendante de la centrale de production au client final en passant par les réseaux de transport, de moyenne tension et de basse tension. Ce modèle intègre maintenant de plus en plus de sources d’énergie renouvelables intermittentes et réparties sur tout le territoire, et des moyens de stockage. Le réseau se complexifie. De plus, Bernard Lassus pointe du doigt la charge que représente l’augmentation du nombre de véhicules électriques : « Si vous les mettez à charger au même moment, le réseau peut s’effondrer. »

Si le pilotage ne se fait pas encore à grande échelle, Bernard Lassus est confiant : « Nous y viendrons petit à petit. Nos centres de pilotage régionaux commencent à apprendre à utiliser les données de Linky. » Issy-les-Moulineaux, Nice, Lyon,… Les réseaux intelligents commencent selon lui à prouver leur efficacité.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur