Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Elon Musk fonde Neuralink, dédiée à l'intelligence artificielle

| | |

Par publié le à 10h19

Elon Musk fonde Neuralink, dédiée à l'intelligence artificielle

Une de plus ! Après Paypal, Tesla et SpaceX, Elon Musk porte une nouvelle compagnie sur les fonts baptismaux. L'objectif de Neuralink ? Créer des ponts entre le cerveau humain et les ordinateurs !

Le Wall Street Journal l'a annoncé hier : l'inépuisable patron de SpaceX et Tesla Motors se lance dans une nouvelle aventure entrepreunariale. Il vient de fonder la société Neuralink, enregistrée comme une entreprise dédiée à la recherche médicale, qui se focalisera sur l'implantation d'électrodes dans le cerveau humain pour les relier aux ordinateurs, afin de pouvoir ensuite transférer pensées et souvenirs...

Cela fait déjà quelques temps qu'Elon Musk s'intéresse à l'intelligence artificielle, dans laquelle il a déjà investi via les sociétés DeepMind (rachetée depuis par Google) et Vicarious. En 2015, il avait fait partie des fondateurs d'une organisation de recherche sur le sujet, OpenAI, qui affiche comme objectif le développement d'une intelligence artificielle open source bénéficiant à tous, après s'être ouvert à plusieurs reprises de ses préoccupations concernant le développement de cette technologie "potentiellement plus dangereuse que le nucléaire", voire représentant "notre plus grande mensace existantielle". Dans un tweet publié ce mardi 28 mars à la suite de la publication du Wall Street Journal, le serial-entrepreneur concède d'ailleurs que consacrer du temps à cette aventure sera difficile, mais que "le risque existentiel est trop important pour ne pas le faire". Il précise aussi que plus d'informations sur Neuralink seront divulguées dans une semaine environ via le site WaitButWhy.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Une réaction

L1
Le 28/03/2017 à 19h26
Comme beaucoup, il doit un peu fantasmer sur les capacités du deep learning. Si cela lui permet de réaliser que ces technologies ne sont pas aussi puissantes que ce qu'il s'imagine, c'est peut-être pas un mal.

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur