Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

EasyVirt met les datacenters au régime

| | | |

Par publié le à 09h00

La société développe une solution logicielle qui optimise l’utilisation des serveurs informatiques, avec à la clé, la réduction de 25 à 50 % de la consommation d’électricité des datacenters.

EasyVirt en bref :

Date de création : juillet 2011
Créateurs : Jean-Marc Menaud et Martin Dargent
Implantation : Carquefou (44)
Effectif : 4 personnes
Site Web : http://easyvirt.fr
Contact
 : Martin Dargent, PDG


Fondée en 2011 par essaimage de l’Ecole des Mines de Nantes, EasyVirt surfe sur la vague du Green IT en proposant une solution d’optimisation de la consommation électrique des datacenters. Son logiciel Entropy est le résultat de cinq années de recherche et développement au département informatique de l’école nantaise. Pour l’industrialiser, Jean-Marc Menaud, enseignant-cherhceur des Mines de Nantes, s’est associé à Martin Dargent, directeur au sein du cabinet de conseil en développement durable Kaliterre, en créant EasyVirt.

Le logiciel consiste à analyser en temps réel les besoins des applications et à leur affecter les moyens de traitement juste nécessaires. En utilisant la technologie de virtualisation, il consolide le traitement sur le minimum de serveurs physiques, éteignant les autres serveurs, quitte à les rallumer ensuite en cas de besoin. Ainsi, les moyens physiques mobilisés coïncident toujours avec les besoins des applications. Le fait d’éteindre les serveurs non sollicités réduit les gaspillages d’énergie. Ainsi, selon la start-up, la facture d’électricité du datacenter peut être réduite de 25 à 50 %, ce qui est énorme quand on sait que certains centres de traitement de données consomment l’équivalent d’une ville de 50 000 habitants.

La solution s’appuie sur du logiciel libre (Open Source). Elle est actuellement en test dans trois entreprises de la région. Sa commercialisation entrainera le versement de redevances à l’école et à Armines, l’association de gestion des contrats de recherche des Ecoles de Mines.

Incubée lors de son démarrage par la technopole Atlanpole, elle a été soutenue sur le plan technique par le CITT (Centre d’Innovations et de Transferts de Technologies) de l’Ecole des Mines de Nantes.

Ridha Loukil

 

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur