Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Drone Airbus, pont imprimé en 3D, caméra biomimétique… les innovations qui (re)donnent le sourire

| | | | | | |

Par publié le à 11h46

Drone Airbus, pont imprimé en 3D, caméra biomimétique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider à esquisser un sourire. La rédaction d’Industrie & Technologies a repéré pour vous les actualités susceptibles de vous mettre de bonne humeur...Bonne lecture, et bonne semaine !

Un drone autonome Airbus pour inspecter les avions

Dans le cadre du salon MRO Americas (Maintenance, Repair and Overhaul) qui regroupait les professionnels de la maintenance aéronautique à Orlando (Floride) du 10 au 12 avril 2018, Airbus a présenté un nouvel outil d’inspection. Composé d’un drone autonome et d’un logiciel d’analyse, il est en cours d’approbation par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et devrait être mis à la disposition de l’industrie au dernier trimestre 2018.

L’impression 3D bâtit des ponts

À Amsterdam, il sera possible de traverser l’année prochaine un pont imprimé en 3D. En acier inoxydable, la passerelle sera installée au-dessus du canal OZ Achterburgwal. Porté depuis 2015 par la société MX3D, le projet utilise quatre bras robotisés pour imprimer deux structures autoporteuses. Les concepteurs envisagent également d’y inclure des capteurs pour mesurer son intégrité, mais également certaines données atmosphériques.

Se repérer sous l’eau grâce aux yeux de la crevette-mante

Des chercheurs d'universités américaines et australienne se sont inspirés de la vision de la crevette-mante pour développer une caméra sous-marine. La particularité des yeux du crustacé ? Ils sont sensibles à la polarisation de la lumière, ce qui permet à l'animal de se repérer sous l'eau. Dans leur publication parue le 4 avril 2018 dans la revue Science Advances, les auteurs indiquent que leur « preuve de concept (…) ouvre de nouvelles possibilités pour la géolocalisation sous-marine longue distance. »

Le perce-oreille champion d’origami

Pour comprendre les particularités des ailes du perce-oreille, des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich et de l’Université Purdue ont simulé par ordinateur le fonctionnement de ces structures naturelles. L’animal repousse une limite de l’origami grâce aux articulations de ses ailes composées d’un biopolymère élastique : la résiline. Cette molécule permet aux articulations de fonctionner à la fois comme un ressort en extension et en rotation, et donc aux ailes de se replier de façon élastique.

Deux millions d’euros pour utiliser le CO2 dans la fermentation industrielle

Accompagnée depuis sa création par le démonstrateur préindustriel TWB (Toulouse White Biotechnology), la société Enobraq a levé 2 millions d'euros pour accélérer ses programmes de R&D sur l'utilisation de CO2 dans les process de fermentation industrielle. Les premières cibles ont été identifiées pour des applications en nutrition, en cosmétique, mais aussi dans le domaine de la transformation plastique, avec en perspective de premiers revenus d'ici 2020.

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur