Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Disa Solar va produire des panneaux solaires organiques par impression

| | | |

Par publié le à 19h39

Disa Solar va produire des panneaux solaires organiques par impression

Disa Solar développe sa propre technologie de cellules solaires organiques

La filiale du groupe Disa a développé une technologie de cellules solaires organiques souples qu’elle compte produire par impression à jet d’encre. La production de masse, dans son usine à Limoges, vise des produits à la demande.

C’est un grand projet pour Disa Solar : la production prochainement de panneaux solaires organiques dit de troisième génération. Créée en 2009 comme filiale de Disa, un imprimeur graphique sur papier, elle commercialise et distribue aujourd’hui des panneaux solaires de deuxième génération en couches minces CIS et GIS utilisés sur le toit des trains de la SNCF. Mais elle veut maintenant fabriquer ses propres panneaux selon une technologie de cellules solaires organiques développée en partenariat avec l’INES à Chambéry, l’institut de recherche XLIM à Limoges et l’institut de recherche Holst Centre, aux Pays-Bas. Cette technologie offre un rendement de 10 % en labo. Les recherches se poursuivent pour améliorer ce chiffre et surtout allonger la durée avec un objectif de 5 à 10 ans. L’investissement en R&D se monte à près de 20 millions d’euros.

Dans son usine à Limoges, qui emploie 150 personnes, la société dispose d’une ligne pilote qui fabrique des cellules de 5 x 5 cm avec une machine d’impression à jet d’encre de la société française Ceradrop. C’est en effet l’impression à jet d’encre qui a été choisie pour la production de masse de ces panneaux solaires. La machine actuelle est dédiée à la recherche et à la fabrication de prototypes. La production de masse utilisera la prochaine génération de machines en développement chez Ceradrop pour la fabrication en grand volume.

Disa Solar, qui évalue l’investissement total dans ce projet à 50 millions d’euros, veut éviter les produits standard destinés surtout au bâtiment. Elle veut tirer parti de la flexibilité offerte par la technologie d’impression à jet d’encre pour réaliser des produits sur mesure pour les applications de transports (trains, camions, voitures…).

Ridha Loukil

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur