Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Design : les lauréats du James Dyson Award 2012

|

Par publié le à 14h44

Design : les lauréats du James Dyson Award 2012

Pour que les filets ne tuent plus les petits poissons

Le concours de design international lancé par le fabricant d’électroménager qui a fondé son succès justement sur le design vient de voir son palmarès publié. Le grand gagnant est cette année un jeune diplômé proposant un filet permettant d’éviter la capture des poissons juvéniles.

Inquiet de la surpêche grandissante provoquée par les filets traditionnels, qui attrapent aussi les jeunes poissons normalement protégés, Dan Watson, diplômé du Royal College of Art de Londres, a imaginé et conçu un filet de pêche contenant des mailles ‘‘échappatoires’’ pour les petits poissons. Ce filet, baptisé Safety Net, peut équiper tous les modèles de bateau de pêche.

Plutôt que de rejeter à la mer près de la moitié des poissons pêchés car non-commercialisables, et dont beaucoup d’entre eux n’y survivent pas, le designer a décidé de trouver un moyen efficace permettant de ne pas capturer ces poissons non exploitables.

Il a inventé une bague de sortie conçue en fonction de l’instinct de survie des poissons. Les petites et moyennes espèces remontent à la surface quand elles sont paniquées, alors que les plus gros poissons s’échappent en général par le fond de l’eau. Cette donnée en tête, Dan Watson a alors pu développer un filet sélectif, permettant d’attraper uniquement les poissons adultes sans toucher aux espèces en voie d’extinction.

                                       

                                                   Une porte de sortie pour les jeunes


« Les bagues échappatoires du filet ont été conçues pour éviter toute maintenance. Elles sont auto-réfléchissantes et repérées par les poissons comme des sorties de secours. L’effet de l’eau qui traverse le trou de la bague entraîne les petits poissons vers la sortie, pour ne retenir que les plus grands », explique Dan Watson.

Ce dernier a, depuis l’obtention de son diplôme, créé sa société, SafetyNet Technologies, qui commercialise sa nouvelle technologie.

« Cette technologie s’attaque concrètement à un problème environnemental sérieux. SafetyNet est ainsi la preuve que les jeunes diplômés comme Dan Watson sont capables de résoudre de manière inventive des problèmes aujourd’hui ignorés par la plupart des industriels », a expliqué James Dyson, lors de la remise des prix.

Dan Watson va investir les 10 000 £ de son prix pour développer une large gamme de prototypes SafetyNet et financer les essais demandés par le gouvernement anglais qui s’est intéressé à son projet.

Les deux autres finalistes internationaux de ce concours étaient :

Le projet BETH (USA)

Problème : Plus de 30 millions de personnes en Afrique, Asie et Amérique Latine ont besoin de prothèse. Mais elles sont chères, rigides, et composées de matériaux lourds. Elles peuvent aussi être très gênantes pour les patients lorsqu’elles ne leur correspondent pas parfaitement.


                                       

                                                 Ne pas ajouter un handicap au handicap


Solution : Le projet BETH est indolore, abordable et très bien ajusté à chaque type de membre, tout en étant conçu pour durer dans le temps. Le nouveau membre que reçoit le patient amputé lui permet de vivre une vie sans douleur et avec moins de difficultés.


Revival Vest (Nouvelle-Zélande)

Problème : L’apnée est une discipline extrêmement dangereuse. Beaucoup de plongeurs se noient après avoir perdu connaissance sous l’eau.


                                     

                                                   Ramener le plongeur à la surface


Solution : Le gilet de survie Revival Vest utilise un tissu issu d’une technologie intelligente qui permet de contrôler la respiration et tous changements corporels engendrés par le stress de la noyade. Lorsqu’un changement est détecté, le gilet de survie se gonfle, ramenant le nageur immédiatement à la surface.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.jamesdysonaward.org/

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur