Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Design : l’Airdrop transforme l’air en eau

| | |

Par publié le à 13h55

Design : l’Airdrop transforme l’air en eau

Quand le design vient au secours des populations les plus démunies.

Le lauréat du James Dyson Award 2011 s’est inspiré de la nature pour concevoir un système capable de capter l’humidité de l’air. Autonome, économique et facile à installer, il devrait faire le bonheur des régions arides.

L’australien Edward Linacre, élève ingénieur-designer à l’Université Swinburne à Melbourne (Australie), vient de se voir décerner le James Dyson Award 2011. Motivé par la pire sécheresse que l’Australie ait connue, il s’est tourné vers la nature pour trouver le moyen de capter l’humidité de l’air.

Il a étudié le scarabée du désert, une espèce ingénieuse qui vit dans les régions les plus arides du globe. L’insecte survit en collectant sur ses ailes hydrophiles la rosée du matin. Son projet Airdrop repose sur le même concept, en partant du principe que l’air le plus sec contient toujours des molécules d’eau qui peuvent être extraites par condensation.

Airdrop aspire l’air à travers un circuit de tuyaux qui en abaissent la température et le condensent. Puis ils restituent l’eau directement à la racine des plantes. Les travaux d’Edward Linacre montrent que 5 millilitres d’eau peuvent être ainsi récoltés par mètre cube d’air dans le plus aride des déserts. Grâce à sa démarche de designer, il a conçu un dispositif ayant un faible coût de production, qui est facile à installer et autoalimenté.

« Le bio-mimétisme est un outil puissant et formidable pour un designer industriel. Airdrop démontre qu’un principe naturel aussi simple que la condensation de l’eau peut avoir des applications bénéfiques grâce un design ingénieux et durable. Les jeunes designers et ingénieurs comme Edward développent la technologie du futur : simple et efficace. Ils apportent des solutions à des problèmes de la vie quotidienne et améliorent l’existant », a constaté James Dyson, lors de la remise de ce prix.

Et le jeune lauréat entend bien utiliser les 10 000 £ de son prix pour industrialiser son projet Airdrop. « Mon invention a le potentiel d’aider les fermiers dans le monde entier et je veux la rendre accessible à tous », a-t-il confirmé.

Pour mémoire, le James Dyson Award est un concours international ouvert aux étudiants en ingénierie et en design, ainsi qu’au jeunes designers et ingénieurs diplômés depuis moins de quatre ans, étudiant ou ayant étudié en Australie, Autriche, Belgique, Canada, Espagne, Etats-Unis, France, Allemagne, Hollande, Italie, Irlande, Japon, Malaisie, Nouvelle Zélande, Russie, Singapour, Suisse et Royaume Uni.

Il est géré par la Fondation James Dyson dont l’objectif est de soutenir la création, le design industriel et la culture de l’innovation.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.jamesdysonaward.org
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur