Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Design : des casques pliables au James Dyson Award

|

Par publié le à 00h16

Design : des casques pliables au James Dyson Award

Le design au service de la vie quotidienne

Alors que ce concours sur le thème résoudre un problème de la vie quotidienne se termine dans un mois, les organisateurs mettent en avant des projets de casques novateurs pour les deux roues.

L’édition 2011 du concours de design international James Dyson Award lancé en début d’année sur le thème : Résoudre un problème de la vie quotidienne, bat son plein. Une quarantaine de projets ont déjà été retenus et sont consultables sur le site du concours.

Parmi eux, deux candidats proposent une solution innovante aux problèmes quotidiens rencontrés par les deux roues.

Ainsi le français Julien Bergignat propose Helmet B, un casque de cycliste pliable. Une étude de L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) démontre qu’en France, en cas d’accident à vélo, la tête est touchée plus d’une fois sur trois. Le casque réduit de 80 % la gravité de ces traumatismes crâniens. Le port du casque est donc un élément primordial pour la sécurité du cycliste. Cependant, cette mesure essentielle de sécurité n’est pas toujours prise en compte : seulement 8 % des cyclistes portent un casque. Ces derniers sont souvent perçus comme trop lourds, trop encombrants et aussi peu confortables. 


                                    


Julien Bergignat, étudiant à l’Ecole de Design de Nantes Atlantique, a donc eu l’idée d’un casque éco-conçu dont la structure facilite le transport et le stockage. De plus la totalité du casque est fabriqué à partir du même matériau : le polypropylène, économique, indéchirable, très résistant à la flexion, confortable et surtout, recyclable à 100 %. Grâce à de simples procédés de fabrication, son assemblage est rapide et peu onéreux, répondant ainsi aux besoins des utilisateurs, des fabricants et de l’environnement.

L’australienne Jessica Dunn propose de son côté Proteus, un casque de moto dont on peut réduire l’encombrement. Il est né d’un constat simple : une fois descendu de moto ou de scooter, les casques classiques sont lourds, et difficiles à porter. En outre, leurs utilisateurs sont contraints de les garder avec eux s’ils veulent éviter les vols ou la casse.


                                    


Pour éviter cela, le casque Proteus se plie, ce qui le rend facile à transporter dans un sac à dos standard, tout en respectant les normes de sécurité en vigueur. Proteus utilise un système de pliage intuitif ainsi qu’un mécanisme de verrouillage. Trois épaisseurs de matériau le protègent en cas d’impact : la première est une enveloppe de polycarbonate qui protège contre les abrasions. La deuxième, une mousse de polystyrène standard, amortit l’impact. La troisième est constituée d’un matériau pliable qui se durcit automatiquement en cas de choc.

Le design au secours de la sécurité

James Dyson, créateur de ce concours, est très conscient de ces difficultés, liées au casque et à sa conception : « Les casques pour deux roues restent encombrants et pas très pratiques à utiliser. Pas étonnant que parfois les utilisateurs ne les portent pas, même s’ils le devraient impérativement pour leur sécurité ! Notre devoir, à nous designers, est donc de trouver des solutions. Les casques pliables sont une magnifique idée, et la preuve que le design intelligent permet de résoudre de vrais problèmes de la vie quotidienne. Nous sommes heureux de rendre hommage à ce type d’idées ».

Rappelons que le James Dyson Award est ouvert aux étudiants d’écoles de Design ou d’Ingénieurs, seuls ou en équipe, ainsi qu’aux diplômés jusqu’à quatre ans après obtention de leur diplôme. Les candidats peuvent présenter leurs solutions innovantes sur le site internet du concours depuis le 02 mars et jusqu’au 02 août 2011, date de clôture des candidatures. Ce concours se déroule en deux étapes, l’une nationale, l’autre internationale.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.jamesdysonaward.org
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur