Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Des voiliers drones à la découverte de l'océan austral

| | | |

Par publié le à 12h00

Des voiliers drones à la découverte de l'océan austral

Les Saildrones font 7 mètres de long, et 5 mètres de haut.

La startup de San Francisco Saildrone développe des drones autonomes capables de naviguer propulsés par le vent. Elle a noué un partenariat de cinq ans avec l’organisme gouvernemental australien pour la recherche scientifique (CSIRO) afin d'effectuer des mesures dans les eaux australiennes et l’océan austral.

L’organisme gouvernemental australien pour la recherche scientifique (CSIRO) a annoncé le 25 janvier un partenariat de cinq ans avec la startup Saildrone pour effectuer des mesures dans les eaux australiennes et dans l’océan austral. Basée à San Franciso, l’entreprise a donné son nom aux drones autonomes qu’elle développe. Capables de se déplacer à la surface de l’eau et munis de capteurs, ils collectent des données sur les environnements marin et atmosphérique. Dans un communiqué, CSIRO déclare : « la recherche avec les Saildrones étendra notre réseau de surveillance marine et climatologique autour de l’Australie en collectant plus d’informations sur la température de surface de l’eau, la salinité, et le carbone dans l’océan. »

Propulsés par le vent et contrôlés à distance, les mini-catamarans se déplacent à des vitesses pouvant aller jusqu’à 8 nœuds (15 km/h). Capables de naviguer en mer pendant douze mois d’affilée, ils communiquent en temps réel par satellite avec leur base, à laquelle ils envoient les données collectées. Cela concerne des mesures aussi bien atmosphériques qu’océaniques de surface ou de faible profondeur, jusqu’à 2,5 mètres. L’ensemble des instruments et l’électronique à bord sont alimentés grâce à des panneaux solaires.

Dans son communiqué, CSIRO précise que l’autonomie et le contrôle à distance des drones permettent d’accéder à des endroits difficilement accessibles de l’océan austral pour étudier des phénomènes comme les courants chauds ou les blooms d’algues toxiques. « Par le passé, ces études nécessitaient de planifier des opérations coûteuses à l’aide d’un bateau et son équipage. »

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur