Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Des sons venus de l'espace et de la banquise !

Par publié le à 07h19

Des sons venus de l'espace et de la banquise !

L'artiste irlandaise Siobhán McDonald a créé une œuvre sonore mixant des sons captés dans l'espace lors d'une mission de l'ESA et d'autres enregistrés lors d'une mission en Arctique. Celle-ci peut être découverte en ce moment dans le cadre d'une exposition qui se tient à Paris jusqu'au 19 mars.

L'œuvre sonore de Siobhán McDonald, que l'on peut actuellement découvrir au Centre culturel irlandais, va ensuite voyager... dans l’espace! Dans le cadre d'un travail mené avec l’Agence spatiale européenne (ESA), l'artiste a mêlé des sons de la banquise qui craque et des infrasons captés avec un géologue lors de son expédition en Arctique en juin 2015 avec une équipe de scientifiques. Elle y perçoit « les cris de la terre ». Siobhán McDonald a marié ces enregistrements à d’autres captés dans l’espace lors de la mission Cluster de l’ESA. Il s’agit de whistlers, des ondes radio basse fréquence créées par des faisceaux lumineux autour de la Terre.

L’artiste explique espèrer qu’en projetant ces sons dans l’espace : « une part des glaciers vivra quelque part encore, même lorsqu’il n’y aura plus d’Arctique ici ». En attendant, ses œuvres font l’objet d’une exposition au Centre culturel irlandais, à Paris, jusqu’au 12 mars. Au travers de l’œuvre principale Crystalline-Solar, Orbiter Siobhán souhaite faire réfléchir poétiquement à la disparition des calottes polaires. Elle y représente la course du soleil et le craquellement des glaciers. Là encore, elle innove en utilisant pour signifier la glace un mélange de carbone et d’os carbonisés inventé par l’entreprise Enbio. Il est actuellement utilisé pour protéger thermiquement les sondes spatiales de l’ESA, qui doivent être envoyées au plus près possible du soleil.

Siobhán Mc Donald a aussi réalisé une série d’empreintes de fougères cultivées dans une chambre noire, où la chercheuse Jenny McElwain de l’University college Dublin a reconstitué l’atmosphère d’époques allant de 400 à 260 millions d’années, avec un taux de CO2 très élevé. « Deux bouffées de cet air peuvent nous tuer, raconte l’artiste irlandaise. J’aime rappeler que l’atmosphère n’a pas toujours été respirable, car nous allons peut-être vers ça. Mais les plantes représentent l’espoir. » Pour figurer cet espoir, Siobhán a mis en bouteille cet air avec une fougère du genre Selaginella dans son œuvre « Apparence de ce qui ne peut être vu. » Avec son exposition Crystalline, l’artiste invoque la poésie pour parler de l’épineux problème des impacts de l’Anthropocène, époque géologique liée aux activités humaines. 

Pour écouter un whistler de l’ESA : http://sci.esa.int/cluster/42871-listen-to-a-whistler/

 

  • McDonald1

    Balance

  • Espace Temps

    Espace Temps

  • Fougeres

    Apparence de ce qui ne peut être vu

  • Apparence de ce qui ne peut être vu 2

    Apparence de ce qui ne peut être vu

  • McDonald
  • Solar bones

    Crystalline-Solar Orbiter

  • Crystalline

    Crystalline

  • Crystalline2

    Crystalline

Play Pause diaporama Des sons venus de l'espace et de la banquise !
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur