Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Des haubans composite en carbone pour la passerelle de Laroin

Par publié le à 00h00

Cet ouvrage expérimental qui enjambe le Gave de Pau devrait valider les performances du matériau afin de généraliser son emploi et lui ouvrir les portes d'autres applications, hors BTP

Lorsque la société Freyssinet répond au projet de la commune de Laroin (Pyrénées-Atlantiques), elle décide d'innover radicalement. Pour la construction d'une passerelle piétonne permettant d'enjamber le Gave de Pau et d'accéder à la base nautique créée sur d'anciennes sablières, l'entreprise propose un ouvrage à travée unique de 110 m de portée, sans appuis intermédiaires permettant d'éliminer tous les problèmes de fondations dus au caractère capricieux de la rivière.

Dans la pratique cet ouvrage mixte - tablier métallique de 3,20 m de large revêtu d'un platelage en dalles béton de 2,50 m de large - est suspendu par 16 haubans (2 fois 4 paires) fixés à deux poteaux métalliques de 20 m de hauteur, en forme de 'V renversé', chacun d'eux étant retenus par un câble arrière ancré dans un massif béton.

Ce descriptif technique est certes original, mais ne révolutionne pas le monde du BTP. L'innovation est en fait cachée. Freyssinet a effet choisi d'opter pour des haubans composite, développés en partenariat avec la société Soficar. Principaux atouts : insensibilité à la corrosion, comportement quasi élastique, très haute résistance à la rupture et grande légèreté le carbone étant près de quatre fois moins dense que l'acier (1,5 contre 5,8).

Cette dernière propriété garantissant de grandes facilités de manutention et de mise en œuvre. Revers de la médaille : un manque de résistance en pression - qui implique des précautions lors de la manipulation afin d'éviter tout risque de choc susceptible de fragiliser le composite - et des performances en frottement largement inférieures à celles de l'acier.

Pour résoudre ces difficultés, Freyssinet a mis au point une seconde innovation en réalisant des systèmes d'ancrage combinant effets de serrage (coincement conique) et de frottement par collage. Un système de presse-étoupe breveté assure l'étanchéité dans la zone d'ancrage, celle-ci étant par ailleurs injecté à la cire pétrolière. But avoué: autoriser le démontage futur de certains haubans. Car l'ouvrage de Laroin constitue, en fait, une sorte de banc test en vraie grandeur qui permettra de vérifier sur le terrain, les performances établies en laboratoire.

Objectifs figurant en filigrane : confirmer les performances du matériau afin d'autoriser son utilisation sur des ouvrages de grande portée - seul cas, à priori, où le surcoût initial pourrait être compensé par les avantages techniques- mais, surtout, de lui ouvrir les portes des applications profondes en offshore...

Philippe Donnaes

Pour en savoir plus
- Site Freyssinet : http://www.freyssinet.com
- Caractéristiques de la passerelle : www.structurae.de/fr/structures/data/str04676.php

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur