Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Des données météo pour anticiper la production d'énergies renouvelables

| |

Par publié le à 23h50

Des données météo pour anticiper la production d'énergies renouvelables

Les sociétés Metnext et QOS Energy ont annoncé l’intégration d’un service de prévisions météorologiques à une plate-forme de supervision éolienne et photovoltaïque. Cette plate-forme permettra de prévoir plus finement la production de ces énergies intermittentes.

 

Metnext et QOS Energy ont inauguré mercredi 3 octobre un service "deux en un" pour les gestionnaires de parcs d’énergies renouvelables. La plate-forme Qantum de QOS Energy fournit depuis 2011 un suivi en temps réel de la production électrique et de la performance des machines. Elle est désormais combinée à Meteowind, la solution de prévision de vent local et autres paramètres météo développée par Metnext. Résultat : aux outils de reporting classiques des installations s’ajoutent des outils de prévision de production jusqu’à J+7.

« Auparavant, les gestionnaires  devaient corréler ces deux types d’information. A présent, tout est centralisé, analysé et rendu disponible sur la plateforme web», a expliqué Jean-Yves Bellet, Directeur général de QOS Energy, interrogé par Industrie & Technologies. « Cette visibilité est très demandée par les clients. Elle permettra de mieux planifier les opérations de maintenance, qui représentent un coût opérationnel important  sur les parcs éolien ».  Fondée en 2010, la société nantaise équipe déjà  800 sites en Europe. Forte de cette plate-forme Quantum nouvelle version, elle ambitionne  de devenir numéro 1 en Europe sur le pilotage d’énergies renouvelables.

A moyen terme, ce type d’outils prévisionnel répond à la complexification du réseau électrique, due à l’intégration massive d’énergies intermittentes. Dans une logique de "réseaux intelligents" (smart grids), les producteurs locaux et les collectivités pourront choisir, selon la congestion du réseau, entre l’autoconsommation, la revente ou le stockage de leur énergie.

Hugo Leroux

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur