Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Des applis contre les attaques de requins

| | | |

Par publié le à 11h41

Des applis contre les attaques de requins

Shark Net identifie le passage d'un requin jusqu'à 400 mètres d'une bouée.

Deux applications, l’une française, l’autre américaine, visent à prévenir le risque d’attaque de requins pour les baigneurs et les surfeurs. Mais on est encore loin du remède miracle.

Filets, répulsifs chimiques ou dispositifs électromagnétiques. Beaucoup de solutions sont mises en œuvre pour éloigner les prédateurs marins des plages et de leurs baigneurs, sans succès total jusque-là.

La prévention se fait désormais via les smartphones, avec des applications développées par des chercheurs. La première d’entre elles, « Shark Net », a été conçue par une équipe d’océanologues de l’Université de Stanford. Celle-ci permet de suivre les déplacements des requins marqués électroniquement par les scientifiques, lorsqu’ils passent à proximité de balises Wi-Fi. Ce qui transmet immédiatement une notification sur « Shark Net ».

D’une portée d’environ 400 mètres, les bouées surveillent pour l’instant une petite partie de la côte Californienne. Le réseau s’agrandit progressivement, avec la mise à l’eau de robots mobiles autonomes, les Wave Glider.

Pas de solution miracle

A l’île de la Réunion, où une série d’attaques a encore eu lieu récemment, Christophe Mattei, professeur d’EPS, est à l’origine de «Réduire le risque requin». Sans suivre individuellement les prédateurs, cette application destinée aux surfeurs donne une indication du risque à partir de l’évaluation de différents paramètres : turbidité de l'eau, heure de la baignade, proximité d'une ravine, surf seul ou à plusieurs…

Une nouvelle version de l’application est téléchargeable depuis 2012, qui intégre des critères supplémentaires vraisemblablement liés aux attaques de requins : salinité, raréfaction des ressources liée à la surpêche, non-filtrage des stations d’épuration.

Le site ne manque néanmoins pas de rappeler que « le risque zéro n’existe pas ». En attendant, c'est aux baigneurs de prendre leurs précautions pour minimiser le danger.

Ludovic Fery
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur