Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Dars, un drone de surveillance aux allures de dirigeable

| | | |

Par publié le à 09h08

Dars, un drone de surveillance aux allures de dirigeable

Dans l'oeil du drone Dars de la start-up UAVSi.

Pour tester son drone aérostatique rigide Dars, la start-up UAVSi a noué un partenariat avec le zoo de Thoiry. La plateforme de surveillance de sites privés ou publics va être déployée au printemps 2018 pour une mission de 3 à 5 mois. Elle offrira aux visiteurs une vue des animaux à vol d’oiseau !

Mi-drone, mi-dirigeable, le drone aérostatique rigide solaire (Dars), développé par la start-up UAVSi est une plateforme volante autonome destinée à des missions de surveillance des sites privés ou publics. Alors que le marché des drones ne cesse de s’étendre, cet engin d’un nouveau genre entend bien se démarquer. Ses atouts ? « C’est une technologie économique et sans risques », souligne Eric Lopez, CEO d’UAVSi.

Afin de construire son premier prototype, la start-up UAVSi lance sa campagne de crowdfunding sur kickstarter en décembre prochain. Ce modèle pourrait notamment être dédié à la surveillance des réserves naturelles afin de lutter contre le braconnage. Si la start-up prospecte encore, elle a déjà noué un partenariat avec le zoo de Thoiry. Son drone doit y être déployé au printemps 2018 pour une mission de 3 à 5 mois. L’occasion, pour l’équipe, de tester son dispositif de surveillance et, pour le zoo, d’offrir à ses visiteurs une vue des animaux à vol d’oiseau.

Alimenté par des cellules photovoltaïques

De 9 mètres de long, « cette plateforme volante peut se maintenir en l’air pendant 48 heures, contre 15 à 20 minutes pour un drone classique », avance Eric Lopez. Elle est composée d’une structure rigide en aluminium qui lui donne sa forme ovoïde et est recouverte d’une toile indéchirable, qu’on croirait, de l’extérieur, directement gonflée d’hélium. En réalité, ce gaz plus léger que l’air est emprisonné dans une multitude de cellules qui en tapissent l’intérieur. C’est lui qui permet au drone de flotter sans aucun apport d’énergie supplémentaire.

Ci-dessous, le nouveau prototype Dars :

Nouveau prototype DarsLe Dars abrite bien des moteurs, mais ceux-ci ne servent qu’à orienter le dirigeable. Ils sont alimentés par les 20m2 de cellules photovoltaïques disséminées sur la structure, qui lui permettent de récolter environ 2 000 watts.

Jusqu’à 20 kg de charge utile

Afin de sécuriser le système et lui permettre de survoler les foules, la plateforme est dotée d’une turbine au kérosène pour se dégager des endroits peuplés en cas d’incident. La multiplication de capsules d’hélium garantit également une meilleure stabilité. « Si une ou deux cellules étaient percées, le gaz s’échapperait lentement, souligne Eric Lopez. Car il n’y a aucune pression à l’intérieur ». Enfin, le Dars a été développé en vue de résister à des rafales de vent jusqu’à 65 km/h.

Selon les configurations, la plateforme pourrait embarquer jusqu’à 20 kg de charge utile. Ses concepteurs travaillent aujourd’hui avec la plateforme 3D Experience de Dassault Systèmes afin de développer et d’expérimenter virtuellement une famille de drones aux dimensions adaptées aux besoins du marché.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur