Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Cybersécurité : à l'Inria de Rennes, CentraleSupélec s’attaque aux vulnérabilités logicielles

| | | | |

Par publié le à 14h37

Cybersécurité : à l'Inria de Rennes, CentraleSupélec s’attaque aux vulnérabilités logicielles

Fabrizio Biondi, chercheur à l'Inria, prend la direction de la chaire cybersécurité de CentraleSupélec

CentraleSupélec inaugurera le 8 mars 2017 au centre Inria de Rennes une chaire cybersécurité créée en partenariat avec la DGA, Inria et la Région Bretagne. Elle sera consacrée à l'analyse des vulnérabilités des logiciels.

CentraleSupélec présentera officiellement le 8 mars prochain sur son campus rennais sa nouvelle chaire dédiée à la cybersécurité. Créée en partenariat avec la Direction Générale de l'Armement, la Région Bretagne et le centre de recherche en informatique Inria, cette chaire s'inscrit dans le cadre du pôle d'excellence cyber démarré en 2014 suite à un accord entre le ministère de la Défense et le Conseil régional de Bretagne. Son objectif : stimuler le développement de l'offre de formation et de recherche dans ce domaine.

Pilotée par un jeune chercheur italien

La nouvelle chaire sera hébergée dans les locaux du centre Inria Rennes Bretagne Atlantique; installé sur le campus Beaulieu de la technopole Atalante à Cesson-Sévigné.  Elle sera animée par l'équipe Tamis (Threat Analysis and Mitigation for Information Security) d’Inria/IRISA Rennes et va se spécialiser sur l'analyse des vulnérabilités des logiciels. Son équipe se constitue d'un chercheur permanent – Fabrizio Biondi –  entouré de 6 doctorants et post-doctorants. Le financement de la chaire est assuré pour une période de 5 ans par la Région Bretagne et la Direction générale de l'armement.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur