Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Confection de génome artificiel : l’accélérateur d’évolution

| | | |

Par publié le à 18h43

« Darwin express », « Spoutnik biologique », la créature de Philippe Marlière, chercheur au Genopole, a reçu plus d'un nom étrange. Et pour cause, elle diffère singulièrement du monde vivant : l’une des quatre bases du code génétique de cette bactérie est un composé synthétique.

Une machine de culture dédiée a été conçue et breveté. Après de nombreux réglages, notamment pour qu'elle empêche le développement des biofilms, sorte de toiles bactériennes, elle est enfin au point.

Réccemment, cinq mois ont suffi pour intégrer dans le génome de la xénobactérie le nucléotide artificiel. Le but est désormais de remplacer les trois autres bases de l’ADN, pour disposer d’un organisme domestiqué pour de nombreuses applications. «  Le principal débouché concerne la chimie, et le greffage de motifs sur les nucléotides pour les transformer en catalyseurs  », explique Philippe Marlière.

Et si cette bête de foire s’évadait des tubes à essai  ? «  Elle mourrait, assure l'inventeur, faute de trouver dans la nature les nutriments apportés par la machine  ».

Ludovic Fery

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur