Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Comment les technologies numériques changent le monde

Par publié le à 17h17

Comment les technologies numériques changent le monde

Les technologies de l'information et de la communication diffusent dans tous les secteurs de la société et provoquent de profonds changements. Pour saisir les opportunités qui y sont associées, il faut se préoccuper de conduite du changement, afin de rendre ces mutations acceptables en évitant qu'elles ne soient l'objet d'un rejet irraisonné, estime l'Académicien des technologies Christian Saguez, qui a livré son analyse en exclusivité à Industrie & Technologies.

Nos sociétés et nos modes de vie connaissent des évolutions dont l’importance et la rapidité sont largement dues aux ruptures apportées par les technologies de l’information et de la communication.

La disponibilité sous forme numérique d’une masse considérable d’informations de tout type (personnelles, professionnelles, publiques…) a conduit aux notions importantes de Big Data et d’Open Data. La création, la maitrise et l’exploitation de ces informations sont pour les états, les administrations et les sociétés un enjeu stratégique, sociétal, culturel, économique et technologique.

Les grandes infrastructures informatiques, souvent mondiales (réseaux, cloud computing…) qui permettent de fournir l’accès à l’information et aux capacités de calcul  induisent une mondialisation souvent au travers de quasi-monopoles de certaines sociétés. Dans ce contexte le développement des réseaux sociaux et des communautés virtuelles, génère une nouvelle structuration de nos sociétés. Au travers de ces réseaux de nombreuses personnes s’exposent, avec en conséquence un retour du culte du moi et d’un certain individualisme. La disponibilité instantanée d’informations non validés peut alors avoir des  conséquences graves et non contrôlées.

D’un point de vue économique, ces deux ruptures induisent de nouvelles organisations industrielles (travail  collaboratif, travail à domicile, relation clients, création d’entreprises en réseau…). Elles permettent une approche système globale qui va modifier profondément nos environnements (santé à domicile, système de transport et ville numérique, agriculture numérique, musées et bibliothèques virtuelles…). Leur disponibilité est devenue un des éléments fondamentaux pour le développement économique d’une région ou d’un état.

L’usage généralisé de ces éléments induit également une modification des notions de distance et de temps. On transmet et on dialogue en instantané avec tout point du monde. Ceci devrait très fortement influencer la gouvernance des états et des administrations, dont les temps de prise de décision sont souvent incompatibles avec ces nouvelles données.

Tous ces points posent de nouveaux problèmes essentiels en termes de sécurité, de disponibilité et d’indépendance, notamment ave le développement de la cyber-criminalité.

Un point également important  concerne les nouveaux modèles induits par l’usage de ces technologies. On parle de moins en moins de qualité totale, mais de qualité au mieux (best effort) et curieusement l’usager semble accepter cette forme de dégradation de qualité. Les tarifications et les prix sont variables en permanence (tarification dynamique), résultat instantané de traitement d’informations. L’usage des techniques de sondage et d’analyse de données se multiplie pour prendre toute sorte de décisions. Derrière toutes ces modifications, on retrouve des modèles probabilistes et des traitements statistiques maintenant abordables grâce aux données et aux capacités de traitement disponibles. Il n’est pas certain que le public soit correctement formé à cet usage de plus en plus fréquent de telles approches probabilistes.

Comme face à tout changement important, un point essentiel concerne la conduite de ce changement pour le rendre acceptable et éviter les rejets. Dans ce cadre la formation, initiale et continue joue un rôle majeur. La formation à un bon usage de ces nouvelles technologies et des applications qui en découlent doit être prise en compte dans tous les cycles de formation.

Ces ruptures majeures issues des technologies de l’information et de la communication sont une opportunité unique pour le développement économique, la compétitivité de tous les acteurs de la société et la création de valeur. La France, qui dispose de compétences reconnus dans ces secteurs doit savoir impérativement saisir ces opportunités , tout en maitrisant les risques induits.

Christian Saguez, de l'Académie des Technologies

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur