Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Comment le camion laboratoire UrbanLab 2 va consommer 13 % de moins

| | | | | | |

Par publié le à 10h53

Comment le camion laboratoire UrbanLab 2 va consommer 13 % de moins

Urban Lab 2 effectue ses premiers tours de roues à Bordeaux. Avec ce nouveau véhicule laboratoire, Renault Trucks s’attaque à la distribution urbaine et régionale, après s’être frotté au transport longue distance. L’objectif annoncé est de réduire la consommation de 13 % d’ici 2020, par rapport à un porteur équivalent de type Renault Trucks D Wide Euro 6 de 19 tonnes.

Développé dans le cadre du projet collaboratif européen EDIT (Efficient Distribution Truck), ce nouveau concept truck associe six partenaires industriels et techniques : les entreprises Valeo, Lamberet, Michelin, BeNomad, l’INSA de Lyon, l’IFFSTAR, ainsi que le Fonds unique interministériel, la région Auvergne Rhône-Alpes, la Métropole de Lyon, le conseil départemental de l’Ain et le Feder. Les innovations expérimentées concernent principalement l’aérodynamisme, la chaîne cinématique, les pneumatiques et la connectivité.

Un aérodynamisme optimisé

Le travail des ingénieurs s’est concentré sur l’écoulement de l’air. En collaboration avec le carrossier Lamberet, la cabine, le châssis et la caisse frigorifique ont été adaptés, « tout en respectant les contraintes fonctionnelles et réglementaires du transport sous température dirigée », explique Renault Trucks dans un communiqué.

Habituellement situé au-dessus de la cabine, le groupe frigorifique est repositionné et installé dans l’empattement du véhicule. Un déflecteur de toit a pu ainsi être intégré en parfaite continuation de forme avec la caisse. Les flancs du véhicule sont équipés de déflecteurs latéraux flexibles, à base d’un textile enduit de PVC. L’écoulement de l’air est également favorisé par les roues carénées et par la présence de déflecteurs arrière qui s’inscrivent dans l’architecture et la continuité du hayon. Autre innovation : les rétroviseurs sont remplacés par un dispositif de caméras profilés et d’écrans sur le poste de pilotage.

Moteur coupé et récupération d’énergie

Une attention est portée à la chaîne cinématique, avec un dispositif combinant les technologies stop and start et micro-hybride développées par Valeo. La première permet de couper le moteur lors des phases d’arrêt du véhicule, aux feux tricolores par exemple, et de limiter la consommation. En complément, le système micro-hybride récupère par l’intermédiaire d’une machine électrique réversible de forte puissance (48 volts) l’énergie gratuite dès que le chauffeur lève le pied ou freine. Cette énergie peut être réutilisée pour alimenter les accessoires du véhicule ou pour réduire la puissance mécanique du moteur thermique. Renault Trucks travaille aussi avec l’INSA sur la réduction de la friction de la face avant du moteur afin d’optimiser le rendement global du système micro-hybride.

Des pneus plus endurants

Michelin poursuit sa route expérimentale avec Renault Trucks. Avec pour objectif de réduire la résistance des pneus au roulement, sans dégrader les autres performances relatives à la sécurité, à l’adhérence ou à la longévité. Avec sa technologie Infini Coil qui garantit l’endurance et la sécurité du produit avec des sculptures auto-régénérantes et l’utilisation de la silice comme charge renforçant la bande de roulement.

Des conducteurs connectés

Ce nouveau véhicule laboratoire accorde une importance toute particulière à la conduite. Avec des technologies destinées à assister les chauffeurs routiers en connectant le véhicule aux infrastructures. Les ingénieurs ont ainsi développé avec la société BeNomad un logiciel spécifique de navigation qui permet au conducteur via le GPS d’opter pour le parcours le plus efficace et le plus économe en carburant, en estimant le temps de trajet parcouru et la consommation. Un autre logiciel a été paramétré : il prend en compte la consommation inhérente aux contraintes opérationnelles d’un véhicule de distribution en site urbain. Il calcule par exemple s’il est plus économe de freiner ou d’accélérer à l’approche d’un feu tricolore.

Les premiers résultats de cette expérimentation seront présentés à la fin du projet en 2018.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur