Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Cinq utilisations étonnantes des algues dans l'industrie

| | | | |

Par publié le à 14h30

Cinq utilisations étonnantes des algues dans l'industrie

Algosource technologie a mis au point un bio-bitume à partir de micro-algues.

Sortir du pétrole en utilisant des matières premières naturelles et locales. C’est de cette volonté que partent différentes initiatives d’utilisation des algues et micro-algues. En plus des acteurs historiques, les industries agroalimentaires, de plastique, de peinture et même de bitume y voient une véritable ressource exploitable. En voici cinq utilisations industrielles : 

 

1. Agroalimentaire

C’est l’utilisation la plus ancienne des algues. Les géomoniers récoltent les algues en mer depuis des centaines d’année. Ce qui a changé dans la pratique, c’est la compréhension de l’intérêt des algues pour le renforcement du microbiote. Elles sont désormais vendues comme complément alimentaire pour les hommes et les animaux. Dans ce domaine, la société Olmix excelle en portant le label Saga, pour « sans antibiotique grâce aux algues ». Du côté des micro-algues, la spiruline et la chlorella remportent le marché de la nutrition-santé avec une croissance à deux chiffres depuis des années.  

2. Cosmétique

Deuxième pôle d’utilisation des algues, c’est notamment grâce aux cosmétiques que le traitement des algues s’est industrialisé. Il a fallu extraire les molécules d’intérêts et des process se sont mis en place à la fin du siècle dernier. Pour les algues comme pour les micro-algues, la demande reste variable. « Le secteur est tributaire des effets de mode, note Jean-Michel Pommet, directeur Innovation et Business Development des micro-algues chez Algosource. Environ 80 % de notre production de micro-algues est destinée à la nutrition santé et 20 % pour les cosmétiques. Mais certaines années, c’est 50/50 et cela se traduit par une augmentation de notre chiffre d’affaire ».

3. Plastique

Comme n’importe quel végétal contenant des sucres, les algues peuvent servir à faire du plastique, à raison d’environ 7 kg d’algues pour 1 kg de plastique. C’est par exemple ce que propose l’entreprise Algopack avec un plastique s’apparentant à de la bakélite 100 % biodégradable. Mais ce n’est pas tout, il est également possible d’utiliser les fibres des algues pour faire des plastiques PP, PE ou PLA contenant 10 à 40 % d’algues. En plus de l’intérêt écologique, ces plastiques gagnent en densité et se cassent plus difficilement.

4. Peinture

Comme dans  les cosmétiques, c’est l’aspect gélatineux de l’agar-agar qui est utilisé pour servir dans le liant. L’entreprise Felor utilise les algues depuis 2014 avec sa gamme de peinture Algo. La société bretonne utilise la matière sèche des algues brunes, un résidu de l’industrie cosmétique, pour apporter une opacité et remplacer une petite partie du dioxyde de titane de ses peintures.

5. Bitume

La première route en algue est prévue pour 2020. Ici, ce sont les co-produits de l’industrie chimique à partir de micro-algues qui sont utilisés. Une fois les molécules d’intérêt récupérées, il reste une masse de matière qui peut être pressurisée pour en faire un liant plastique à mélanger au gravier et au sable pour faire du bitume. Une fois encore, l’intérêt ne s’arrête pas à l’écologie puisque que le produit développé par Algoroute résiste à une plage de températures plus grande qu’une route classique.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur