Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Cimon, le robot compagnon des astronautes de l’ISS

| | | |

Par publié le à 15h24

Cimon, le robot compagnon des astronautes de l’ISS

Cimon, le compagnon d'Alexander Gerst à bord de l'ISS.

Airbus a dévoilé son robot compagnon CIMON, qui accompagnera l’astronaute Alexander Gerst dans l’ISS au cours de sa mission Horizons de juin à octobre 2018. Dotée de l’intelligence artificielle Watson d’IBM, la sphère flottante épaulera l’astronaute dans ses tâches.

Mi « Wilson », le compagnon gonflé du héros de "seul au monde, mi « HAL 9000 », l'assistant informatique de 2001: Odyssée de l'espace, le ballon flottant mis au point par Airbus va devenir le futur partenaire d’aventure de l'astronaute Alexander Gerst. De juin à octobre 2018, CIMON – pour Crew interactive mobile companion – participera à la mission spatiale horizons à bord de l'ISS. Il épaulera l'équipage en affichant les procédures à suivre au sein de la station ou en solutionnant les problèmes grâce à son intelligence artificielle. Les astronautes pourront également dialoguer avec lui de manière naturelle et s'entraîner en sa compagnie à résoudre le Rubik's cube.

Le démonstrateur de 5 kg a été mis au point pour l’administration spatiale du Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR).

Un avant-goût de l’espace en mars

Grâce à la technologie Watson AI du partenaire IBM, le système apprend à s’orienter, se déplacer de manière autonome, accumule des connaissances et s’entraîne à reconnaître ses partenaires humains à travers des photos et des échantillons de voix. Les plans et les procédures du module Colombus ont été téléchargés dans sa mémoire. Autre particularité : sa structure complète – composée de plastique et de métal – a été conçue grâce à l’impression 3D.

CIMON aura un « avant-goût » de l’espace en mars 2018 dans le cadre de la 31e campagne de vol parabolique du DLR qui visera à tester et optimiser les algorithmes GNC (guidage, navigation et commande) en conditions d’apesanteur. A l’issue des essais fonctionnels du système, l’homme et le robot collaboreront dans l’espace sur plusieurs projets scientifiques, notamment des expériences sur les cristaux. 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur