Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Chez Bouygues Construction, les drones suivent l’avancement des chantiers

| |

Par publié le à 08h00

Chez Bouygues Construction, les drones suivent l’avancement des chantiers

Ortophotographie d'une carrière. Crédits : Bouygues Energies & Services

Les drones, pour quoi faire ? Bouygues Energies & Services s’est équipé de drones en interne pour ses propres activités et ses activités externes. Résultat ? Des orthophotoplans homogènes pour suivre les chantiers mois après mois.

En 2014, Bouygues Energie Services (ES) propose des prestations par drones, pour ses propres filiales et pour des sociétés extérieures. « Nous nous intéressons aux drones depuis 2009 », explique François-Xavier Lemoine, responsable activité drones infrastructures de réseaux, chez Bouygues ES. « Mais c’est entre 2011 et 2013, que les technologies de drones ont évolué et sont devenues plus fiables. Après avoir d’abord utilisé des drones pour l’inspection des lignes à haute tension, nous les avons utilisés pour d’autres applications, en particulier pour répondre aux différents besoins de Bouygues. » La solution est notamment utilisée pour Colas, une filiale de Bouygues spécialisée dans la construction d’infrastructures routières et l'exploitation de carrières. Les drones servent notamment à réaliser codes calculs topographiques comme des cubatures, pour suivre les stocks, et des mises à jour de carrières. « L’administration demande des relevés tous les six mois. La solution classique fait intervenir un géomètre topographe. » Celui-ci, avec un GPS RTK, prend des points de mesure autour du tas d’enrobés et au-dessus, pour en calculer le volume. L’opération peut prendre quelques jours à plus d'une journée, et le géomètre ne peut pas accéder partout, en raison des risques d’éboulement. 

«  Le drone pourra prendre quant à lui entre 600 et 1000 points au mètre carré, contre 1 point tous les deux ou trois mètres avec un géomètre. En une heure c’est fait, mais il faut compter ensuite les étapes de post traitement. » Les mesures obtenues permettent d’obtenir avec le logiciel Photoscan une « ortho photographie » : une photographie rectifiée et géo référencée du terrain, et un modèle numérique d'élévation (MNE). Finalement, ces données permettent de faire de orthophotoplans homogènes et plus facilement comparables entre eux d’une prise de données à une autre. Plus généralement, chantiers et carrières profitent de la même manière des drones chez Bouygues Construction.

« Un certain nombre de géomètres topographes se convertissent aujourd’hui à l’utilisation des drones », conclut François-Xavier Lemoine, qui pense que l’utilisation des drones devrait prendre de plus en plus d’importance. Avec lui, deux autres personnes, sont dédiées à ce service, doté de six drones multi-rotors, que l’équipe a fait assembler selon ses besoins.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur