Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

CGTech n’est pas content !

| | | | | | |

Par publié le à 10h37

CGTech n’est pas content !

Clash dans la simulation d'usinage

Suite à la parution voici quelques jours de l’interview de Gilles Battier, PDG de Spring Technologies, l’américain CGTech, éditeur du logiciel de simulation d’usinage Vericut, s’estime gravement mis en cause et nous demande de publier le droit de réponse suivant. Dont acte.

DROIT DE REPONSE

La société CGTECH est le leader mondial incontesté de la technologie des logiciels de simulation, de contrôle qualité et d’optimisation de machines outils qu’elle commercialise depuis de nombreuses années, notamment sous les marques française n°92 413 975 et communautaire n°2439347 VERICUT.

Les logiciels de la société CGTECH sont connus dans le monde entier pour leur qualité et leur fiabilité et sont utilisés par de nombreux acteurs économiques de l’industrie de pointe (aérospatiale, automobile, énergie…) comme dans les milieux scolaires, universitaires et gouvernementaux.

La société CGTECH réfute, avec la plus grande vigueur, la véracité et la pertinence des affirmations mettant explicitement en cause la performance de ses produits et méthodes de travail, contenues dans les articles d’IT INDUSTRIE & TECHNOLOGIES des 3 février et 28 avril 2011, respectivement intitulés « PLM : SPRING SURMONTE LA CRISE » et « PLM : SPRING SURFE SUR LA SIMULATION D’USINAGE ».
La société CGTECH estime, en outre, que ces affirmations, du fait de leur caractère délibérément agressif et dénigrant, sont totalement contraires aux usages commerciaux les plus élémentaires et procèdent d’une volonté de nuire bien arrêtée, constitutive de concurrence déloyale et parasitaire, qui lui est hautement préjudiciable.

Elle entend préserver ses droits et poursuivre, sans ménagement, tous tiers et/ou toute entreprise qui portera délibérément atteinte à ses produits, ses activités et, par tant, à son image et sa crédibilité, en vue d’obtenir la cessation immédiate et la juste réparation du trouble commercial ainsi déploré.
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur