Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Biotechnologies : séquencer un génôme, c'est devenu facile!

| | | |

Par publié le à 06h43

De plus en plus rapides et abordables, les séquenceurs sont les alliés indispensables des spécialistes des biotechnologies. Ils épaulent à la fois la recherche fondamentale, et le diagnostic ou le dépistage de nombreuses maladies ou de prédispositions génétiques.

Quinze années. C'est le temps qui a été nécessaire pour séquencer le génome humain dans son intégralité. Lancé en 1989, ce projet piloté par les chercheurs américains du National Health Institute n'a abouti qu'en avril 2003. Ce premier décodage, qui a permis de cartographier et d'identifier les gènes humains, sert aujourd'hui de point de comparaison à toutes les autres études génomiques.

Le séquençage permet ainsi d'identifier des mutations génétiques responsables de nombreuses maladies, et dans certains cas de poser un diagnostic. Mais tout ceci ne serait pas réalisable sans un séquenceur d'ADN, un appareil qui permet de déterminer l'ordre des bases nucléiques d'un échantillon d'ADN et de le présenter après traitement, sous forme de lettres.

L'évolution technologique et l'automatisation des séquenceurs d'ADN utilisés aujourd'hui dans les laboratoires de recherche génétique facilitent ces analyses. Si le premier d'entre eux nécessitait la présence constante à ses côtés de techniciens, chargés d'"alimenter" la machine qui ne pouvait décrypter qu'une seule séquence à la fois, ils sont aujourd'hui automatisés, et permettent de charger en même temps des millions de fragments de séquence d'ADN. Le prix du séquençage a aussi baissé de façon très spectaculaire : alors que le décryptage du premier génôme a coûté pas moins de 2,7 milliards de dollars, la société Illumina, par exemple, affirme aujourd'hui pouvoir séquencer un génôme pour moins de 1000 euros...même si la machine elle-même reste coûteuse, avec un prix de l'ordre de dix millions de dollars.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur