Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Bionef : l'analyse de l'eau en environnement à risque

| | | | |

Par publié le à 18h05

Bionef : l'analyse de l'eau en environnement à risque

L'encapsulation du ml'encapsulation du matériel électronique permet à la sonde ISA d'opérer dans les environnements à risque

A l'occasion du salon Pollutec 2011, la société BioNef a présenté un spectromètre totalement stérilisable et certifié ATEX pour l'analyse de la qualité de l'eau dans les environnements à risque.

Ouvert et stérilisable. Voilà en deux mots les innovations du spectromètre ISA, commercialisé par BioNef. Cet appareil de monitoring de l’eau, conçu à l'origine par la société GoSystem, est déjà bien répandu en Allemagne. Outil de surveillance des paramètres physicochimiques en stations d’épuration ou en entrée des procédés industriels, il est utilisable dans les environnements à risque. 

Ouverte : la sonde spectrophotométrique ISA est conçue pour se brancher sur des plates-formes multiparamètres. Elle peut donc s’interfacer avec des capteurs d’autres fabricants. Elle comporte en outre des procédures de calibrage simplifiées. L'autre innovation est à chercher du côté du matériel de détection optique. Celui-ci est ''encapsulé'' dans l'appareil. Pour effectuer la mesure malgré l’enfouissement des capteurs, un guide optique bidirectionnel, constitué de fibres optiques, véhicule le signal lumineux depuis la source du détecteur et achemine le signal de retour. Ce retour lumineux renseigne sur la nature et la concentration des espèces rencontrées selon leur absorbance.

« Comme aucun organe électronique ou optique n’est en contact avec le milieu à analyser, l’engin est stérilisable. C’est primordial dans les industries aux normes d’hygiène exigeantes comme l’agroalimentaire. Cette architecture a aussi permis de certifier l’appareil selon la norme ATEX. On peut donc l’utiliser dans des environnements présentant des  atmosphères potentiellement explosives ou inflammables », résume Yves Primault, ingénieur chez BioNef.

Hugo Leroux

 
 
 
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur