Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Batista-MGPV gagne en productivité avec le Ferroline C12 X2 de Messer

| | | |

Par publié le à 23h00

Batista-MGPV gagne en productivité avec le Ferroline C12 X2 de Messer

Un gaz de soudure plus performant

Le fabricant français de moules pour la pâtisserie industrielle optimise la qualité et la rentabilité de sa production, en changeant son gaz de soudage au profit du Ferroline C12 X2 de Messer.
 

Batista-MGPV (Mécanique Générale de Précision de Villedieu), fabricant de moules pour la pâtisserie industrielle, utilisait le gaz de soudage classique Ferroline C18 de Messer pour alimenter son robot de soudage, mais il déplorait des projections et des temps de nettoyage induits importants. Ces moules, soudés sur un encadrement métallique pour simplifier leur montage, reçoivent par la suite un revêtement anti-adhérent : l’absence de projections de soudage dites ‘‘grattons’’ est donc essentielle à une bonne productivité.

Notons que les conditions de soudage sont particulières chez Batista-MGPV, puisqu’afin de ne pas rouiller en attendant le revêtement, les pièces ne sont pas dégraissées avant soudage. Souhaitant améliorer le process de soudage robotisé, les techniciens de Messer ont été amenés à proposer le changement du gaz de soudage et ont conseillé l’utilisation du nouveau mélange Ferroline C12X2.

Le rôle du gaz de soudage

Le gaz de soudage a pour rôle de protéger le métal en fusion : le plus souvent à base d’argon, gaz inerte et lourd, le gaz de soudage va former une chape protectrice sur le métal en fusion et l’isoler de l’air ambiant (constitué principalement d’azote (78%) et d’oxygène (21%). Outre son rôle d’isolant, le gaz de soudage intervient aussi dans la stabilisation, la géométrie et la puissance énergétique de l’arc électrique. Un arc stable et étroit permettra plus de précision tandis qu’une forte énergie aura une incidence positive sur la vitesse de soudage et la pénétration (profondeur du cordon de soudure).

Le Ferroline C12 X2, qui est un mélange ternaire (Argon, CO2 et Oxygène), est un excellent compromis. Les 12 % de CO2 apportent pénétration sans trop de projections, tandis que les 2 % d’oxygène suffisent à optimiser les vitesses de soudage en minimisant les projections.
 Les résultats ont été immédiatement concluants. Batista-MGPV a obtenu un meilleur aspect des cordons de soudure (plus lisses, ce qui importe pour une qualité alimentaire), moins de ‘‘grattons’’ et donc moins de nettoyage, de rebuts et de retouches manuelles nécessaires sur les moules.
« Les temps d’ébavurage après soudage ont été diminués de 30 % », constate Etienne Besnard, dirigeant de Batista-MGPV. Outre le gain en rentabilité et en réactivité, les délais de réalisation des moules sont souvent très courts, cet aspect a été déterminant pour les conditions de travail des soudeurs : « nettoyer les pièces n’est pas très valorisant pour un soudeur… ».

Augmenter la productivité

Par ailleurs, l’utilisation du Ferroline C12X2 a généré une augmentation de la vitesse de soudage robotisé de 10 à 15 %, tandis que la reproductibilité d’une pièce à l’autre a été améliorée, ce qui a également contribué à diminuer le taux de rebut. Dans une opération manuelle de soudage, la main d’œuvre pèse en moyenne 50 % dans les coûts de production. En augmentant la vitesse de soudage de 10 à 15 %, l’impact sur le coût global de la soudure est par conséquent significatif. En ajoutant le temps gagné pendant l’opération de soudage et le temps gagné en traitement après soudage, le gain financier global est estimé à presque 20 %.

La sécurité des opérateurs ne doit pas être sacrifiée au profit de l’efficacité technique et économique d’un procédé. Sur ce plan, le Ferroline C12X2 est tout autant intéressant : il génère moins de fumées toxiques, dues notamment au monoxyde de carbone CO et à l’ozone, par rapport au classique Ferroline C18. Il est aussi important de noter que le Ferroline C12X2 diminue l’échauffement de la torche et donc les coûts de maintenance liés au robot.

« Notre proposition technique n’a pas été impactée par le changement de gaz de soudage. Par contre, nous avons gagné en facilité de réalisation. Dans un contexte de crise économique et de mondialisation, il est certain qu’un fournisseur qui améliore notre technicité, notre réactivité et notre productivité nous aide à pérenniser durablement notre activité », conclut Etienne Besnard.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.Batista-mgpv.fr/index.htm & http://www.messer.fr

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur