Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Autodesk lance son PLM ... dans les nuages

| | | | |

Par publié le à 17h58

Autodesk lance son PLM ... dans les nuages

Autodesk voit le PLM différement

Pilier du monde de la CAO, l’éditeur revendique une place sur le marché du PLM dont il entend bien changer les règles, tout comme il l’a fait il y a 30 ans avec celui de la CAO. Pour cela, il lancera début 2012 une plate-forme économique et performante, accessible sur le Cloud Computing.

La rumeur circulait depuis un certain temps, ca y est c’est officiel ! Autodesk a annoncé ce soir, à son Université Clients qui se tient à Las Vegas (USA), qu’il se lance dans le PLM ! Mais comme à son habitude, l’éditeur californien entend bien bouleverser les conventions établies de longue date par les leaders du secteur.

Jusqu’à maintenant Autodesk était resté en dehors des discours marketing du PLM (gestion du cycle de vie produit), préférant offrir à ses clients Vault, un outil de PDM (GDT – Gestion des Données Techniques), très proche de la CAO et du bureau d’études, qui répond aux besoins de la très grande majorité de ses clients industriels.

« Nous franchissons le pas maintenant, car nous sentons que le marché évolue », explique Christian Domange, responsable Autodesk des activités Manufacturing pour l’Europe du Sud. « D’une part les industriels sont plus matures et plus demandeurs vis-à-vis de la mise en place d’une démarche PLM chez eux, d’autre part nous avons vu arriver dans d’autres secteurs informatiques, des offres qui ont bouleversé le marché comme nous entendons le faire avec le PLM, enfin nous disposons maintenant de l’ensemble des briques technologiques nécessaires pour proposer une plate-forme performante à moindre coût ».

PLM sur le Cloud

Une approche qui passe par le Cloud Computing. « Nous avons été impressionnés par la percée rapide sur le marché de solutions comme celles de SalesForce.com en CRM ou de NetSuite en ERP, qui bousculent les leaders bien établis grâce à des approches Cloud Computing. C’est pourquoi à travers nos propres développements, complétés par quelques acquisitions technologiques et l’expérience de quelques uns de nos clients PDM souhaitant aller plus loin, nous proposons notre offre PLM via le Cloud Computing. Ce qui nous permet aussi de bouleverser les conventions tarifaires ».

En effet, l’offre PLM d’Autodesk, nom de code 360 Nexus, sera disponible en ligne sous forme d’une souscription annuelle qui sera de l’ordre de 1 500 €/poste/an. « Nous sommes bien loin des 25 000 € d’investissement initial moyen par poste qu’il faut faire dans les licences, les bases de données, le matériel et les services d’implémentation des solutions traditionnelles, sans oublier les 2 400 € de maintenance annuelle ».

Une approche PLM qui ne se limite pas aux seuls aspects ingénierie technique de l’entreprise. Certes le PLM d’Autodesk sera fortement lié aux applications CAO et calcul (Autodesk ou autres) en sachant traiter à travers des workflows les modifications, les évolutions, les nomenclatures, etc., mais il s’intéressera aussi la gestion de projets, des exigences et de la propriété intellectuelle, la fabrication, la qualité, les approvisionnements, le marketing, les ventes, le service, la fin de vie, la R&D… bref toutes les étapes du cycle de vie d’un produit, de l’idée jusqu’à son recyclage, à travers l’ensemble de l’entreprise.

Une mise en route facile

De plus, Autodesk a voulu éviter tous les écueils mis en avant par les industriels comme freins à l’investissement : Prix, temps passé à la mise en œuvre, formation, lourdeurs des processus, difficultés de personnalisation, manque de souplesse, retour sur investissement aléatoire, etc. « Nous avons mis dans notre offre PLM, toute l’expérience de nos premiers clients ayant participé au programme de développement. De fait, l’implémentation se fait dans les 24 heures et des outils très graphiques permettent de configurer et de modifier l’outil mis en place. C’est aussi simple que de créer sa page FaceBook ! De plus, un certain nombre d’applications génériques sont disponibles dans l’offre, telles la gestion de configuration ou du sourcing, la gestion de projets et de portefeuilles, etc. Et comme, il s’agit d’une plate-forme, nos revendeurs pourront développer et proposer à leurs clients des applications métiers ou des développements spécifiques. Enfin, pour démocratiser l’usage du PLM dans l’entreprise, les accès via des terminaux mobiles (tablettes, smartphones…) seront faciles ».

Et la sécurité ?

Reste la problématique de la sécurité des informations, qui préoccupe toujours les utilisateurs lorsqu’on leur parle de Cloud Computing. « Il est clair que toutes les informations détaillées de conception, ne seront pas mises sur le Cloud Computing, mais resteront dans l’entreprise au sein des bureaux d’études. Par contre, les autres acteurs qui ont besoin de certaines d’entre-elles auront accès à des ‘‘images’’ issues des outils de PDM gérant la CAO. Les concepteurs gardant la responsabilité de ce qu’ils souhaitent publier ou non dans ces images. Enfin, même si nous faisons appel à des sociétés comme Amazon pour fournir l’infrastructure de notre Cloud, nous garantissons que les serveurs sur lesquels seront stockées les données seront physiquement implantés en Europe », rassure Christian Domange.

Reste maintenant à attendre le milieu du premier trimestre 2012 pour voir arriver cette nouvelle plate-forme PLM. Gageons que les éditeurs déjà bien établi (Dassault Systèmes ; PTC ; Siemens PLM Software…) ne vont pas tarder à réagir car le Cloud Computing est un sujet sur lequel tous réfléchissent déjà et ont mené quelques expérimentations.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.autodesk.fr
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur