Nous suivre Industrie Techno

Zen Robotics : le robot trieur de gravats

Zen Robotics : le robot trieur de gravats

Les robots de ramassage devront s'intégrer dans un procédé de tri standard.

© DR

Zen Robotics ambitionne d'automatiser le tri des déchets issus du BTP. Elle développe un bras entièrement robotisé se basant sur des capteurs de reconnaissance standard.

Mobilier blanc, design épuré, vidéos en images de synthèse sur écran plat dernier cri… Le stand Zen Robotics de ce Pollutec 2011 joue la carte du futurisme. A l’image de son projet : automatiser le tri des déchets du BTP grâce à des bras robotiques capables de séparer les débris. Un véritable casse-tête technologique : « Cinq sociétés se sont déjà penchées sur la question mais ont dû renoncer devant la complexité du processus », explique Jufo Peltomaa, responsable du développement des marchés chez Zen Robotics. 

A l’heure actuelle, la séparation des déchets issus du BTP reste essentiellement manuelle une fois triés les débris de gros calibre. « 50 % des déchets de construction finissent à la décharge faute d’une méthode plus efficace », déplore Jufo Peltomaa. L’idée de la société : ajouter un bras de ramassage qui se baserait uniquement sur des capteurs de reconnaissance standard. Comprendre : disponibles de série sur les procédés de tri. Cette instrumentation classique comprend une combinaison de capteurs pour différencier la nature et la forme des objets : optiques, infrarouges ou rayons X.

Le coeur de métier de Zen Robotics réside dans l’automation sur laquelle s'appuit une telle machine. Ses algorithmes doivent définir rapidement le mode de saisie des objets à partir des données disponibles. « Dans les procédés industriels automatisés, le flux d’objets est régulier et totalement prévisible. Il est donc facile de s’en emparer. Dans un flux de déchets tout arrive sens dessus-dessous », souligne Jufo Peltomaa. Zen Robotics compte sur une équipe R&D interdisciplinaire de haut vol : pas moins de neuf docteurs en informatique, intelligence artificielle, auxquels s’ajoutent des spécialistes du cerveau humain et du data mining.

La société finlandaise expérimente actuellement un prototype sur une ligne de tri de SITA, filiale de Suez Environnement, à Helsinki. Les réflexes du prototype sont encore à l’essai : « Un cycle de ramassage prend six seconde actuellement. Nous aurons réduit ce temps de moitié d’ici quelques mois », prévoit Jufo Peltomaa, qui table sur une commercialisation à court terme.

Hugo Leroux

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Bourget] Comment les sept directeurs techniques des grands de l’aéro prévoient de réduire les émissions de CO2

[Bourget] Comment les sept directeurs techniques des grands de l’aéro prévoient de réduire les émissions de CO2

Rappelant les objectifs de limitation des émissions de CO2 du secteur de l’aviation d’ici 2050, les directeurs de la technologie[…]

Big data, Impression 3D, circuit de chaleur.. les innovations qui (re)donnent le sourire

Big data, Impression 3D, circuit de chaleur.. les innovations qui (re)donnent le sourire

[Reportage] L’île Saint-Nicolas des Glénan bientôt autonome en énergies renouvelables

[Reportage] L’île Saint-Nicolas des Glénan bientôt autonome en énergies renouvelables

Des additifs qui réduisent le coût des supercondensateurs au lithium

Des additifs qui réduisent le coût des supercondensateurs au lithium

Plus d'articles