Nous suivre Industrie Techno

XYZT : au Palais de la Découverte, un univers poétique né des maths et de l'informatique

Gérard Quévrin, Muriel de Vericourt
XYZT : au Palais de la Découverte, un univers poétique né des maths et de l'informatique

© ©LaurenceFragnol

Au palais de la Découverte, la compagnie Adrien M/ Claire B expose jusqu'au 3 janvier 2016 Paysages Abstraits, une série d'oeuvres minimalistes, lumineuses et évocatrices. Le numérique y façonne l'espace et invite à la promenade dans un univers onirique. Les oeuvres sont inspirées de modèles décrivant des phénomènes physiques, et réalisées à l'aide d'un logiciel développé à cet effet par Adrien Mondot, l'informaticien du duo.

C'est un privilège rare : les fondateurs de la compagnie Adrien M/Claire B, Adrien Mondot et Claire Bardainne, deviennent, avec cette chronique, les artistes les plus cités dans cette rubrique que nous consacrons aux travaux se situant au carrefour de l'art et de la technologie, la mécanique des rêves. Nous avions en effet chroniqué deux spectacles de danse imaginés par ces créateurs d'effets numériques permettant de transfigurer un speactacle vivant, avec un rendu spectaculaire et onirique.

>> LIRE : Pixel : la danse aussi s'empare du numérique et Un incroyable solo de danse dans un cube de lumière

XYZT, l'exposition qu'ils proposent au Palais de la Découverte présente certains des dispositifs utilisés pour ces spectacles, ainsi que d'autres installations qui mêlent allègrement lois physiques ou mathématiques (gravité, cinétique, déplacement des particules, ...) outillage technologique (avec notamment un usage récurrent des caméras Kinect pour capter le mouvement) et algorithmes de traitement du signal pour produire une réponse souvent pleine de poésie.

Un tropisme qui n'est pas sans rapport avec leur parcours. L'un de ces deux artistes, Adrien Mondot, est informaticien. Après une formation universitaire, il a travaillé pendant trois ans à l'Inria (Institut national de recherche en Informatique et Automatique) avant de se passionner pour le jonglage, puis de chercher une façon de jongler avec les images, en jouant avec les 0 et les 1.

Il développe lui-même le logiciel eMotion, qui se base sur des modèles physiques pour gérer des interactions, et permet aux dispositifs imaginés par la compagnie de "réagir" aux mouvements des personnes (danseurs, performeurs ou, en l'occurence, visiteurs), créant un pont entre le monde réel et des données virtuelles. Il aime le langage scientifique "ciselé et précis", même si "la science n'est pas la finalité", les installations étant centrées avant tout sur une expérience sensible.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Blockchain : Pourquoi les industriels privilégient les technologies privées

Dossiers

Blockchain : Pourquoi les industriels privilégient les technologies privées

La blockchain, qui s’est fait connaître avec la cryptomonnaie bitcoin, repose à l’origine sur un modèle public. Mais[…]

« Nous simplifions les technologies vocales pour que les entreprises créent leurs propres solutions », avance Florian Guichon, de Vivoka

« Nous simplifions les technologies vocales pour que les entreprises créent leurs propres solutions », avance Florian Guichon, de Vivoka

Blockchain : L'industrie gagne en confiance

Dossiers

Blockchain : L'industrie gagne en confiance

[Simulation World 2021] Les cinq grandes tendances de la simulation selon Northrop Grumman

[Simulation World 2021] Les cinq grandes tendances de la simulation selon Northrop Grumman

Plus d'articles