Nous suivre Industrie Techno

Weir Minerals rend ses opérateurs autonomes

Thomas Blosseville

Sujets relatifs :

,
Weir Minerals rend 
ses opérateurs autonomes

© D.R.

Le fabricant de pompes a misé sur la polyvalence et la responsabilisation de ses salariés pour concilier petites séries et hausse des cadences de fabrication.

Lingettes dans les stations d'épuration, sable dans le chenal de Capbreton (Landes)... Le fabricant de pompes et de vannes Weir Minerals explore toutes les applications possibles dans le transport des liquides chargés de composés solides. Avec l'agroalimentaire, les tunneliers et le traitement des fumées, la diversification des débouchés stimule, en effet, son activité. Sa fabrication de pompes croît, en France, de 10-% par an en volume et celle des vannes, lancée en 2005, y a atteint l'an passé le millier d'unités. Assurer cette montée en cadence est loin d'être évident-: en effet, aucune série de produits ne dépasse la vingtaine d'exemplaires. Elles se limitent même souvent à beaucoup moins, compte tenu du fait que la moyenne est de cinq unités.

La taille des séries empêchant de dédier des lignes de fabrication à des gammes, Weir Minerals a adopté le principe de la production au plus juste (lean manufacturing) pour assurer sa montée en cadence. «-L'important n'est pas de faire tourner les machines en permanence mais d'usiner chaque pièce entièrement du premier coup. Une fois entreposée au magasin, elle doit aller directement au montage, sans repasser par l'usinage-», précise Laurent Cathala, le directeur des opérations de l'usine française, à Castres (Tarn).

Cette nouvelle organisation a obligé Weir Minerals à revoir complètement le rôle de ses opérateurs. L'industriel a misé sur la polyvalence de ses 35-employés en production, en particulier des 12-opérateurs qui se consacrent à l'usinage. Auparavant, ces derniers travaillaient soit sur machine conventionnelle, soit sur une machine à commande numérique. Ils ont été formés pour être opérationnels sur les deux.

Eviter la surdose d'informations

Dans l'atelier, la disposition des outillages a été revue en conséquence. Autrefois répartis selon les compétences des opérateurs (les tours étaient regroupés ensemble, les fraiseuses les unes avec les autres...), les équipements sont désormais organisés selon les composants qu'ils fabriquent. «-Grâce à la polyvalence des employés, nous avons pu rapprocher les machines qui usinaient le plus souvent les mêmes pièces-», détaille Laurent Cathala.

Pour coordonner le tout, la gestion du planning a été totalement modifiée. Les délais de fabrication ont été établis précisément pour chaque composant et détaillés par opération (quatre jours pour le perçage et le mortaisage, trois pour le fraisage). Une marge est prévue pour lisser la charge en cas d'urgence mais l'objectif est bel et bien de rendre les opérateurs autonomes. Alors qu'auparavant seul le chef d'atelier disposait du planning, le logiciel Cegid PMI (Cegid Group) de gestion de la production est désormais synchronisé avec un tableau de management visuel destiné aux employés. Le planning y est affiché sur cinq-semaines avec une fiche par pièce à fabriquer, qui décrit les opérations successives à réaliser et indique la date à laquelle la tâche en cours doit être terminée. Les opérateurs prennent ensuite la responsabilité d'organiser leur propre travail. Par des étiquettes de couleur, le chef d'atelier peut mettre l'accent sur l'une des fiches, s'il s'agit d'une nouvelle étape par exemple.

L'implication de tous passe aussi par le suivi des performances. Mais, pour éviter la surdose d'informations, seul un tiers des indicateurs est présenté aux employés. En 2008, les retards de livraison ont fait un pic à 21-% en juillet, mais ils ont été limités en fin d'année à 6-%. Et le maximum autorisé de quatre-pièces défectueuses sur mille (à l'usinage) n'a été dépassé qu'en février (six sur mille).

Pour conforter cette nouvelle organisation, un responsable magasin et, surtout, un responsable lean ont été recru-tés en fin d'année dernière. Un renfort fort bienvenu car, selon Weir Minerals, les idées d'amélioration émanant des salariés ne manquent pas-! Seul le temps leur fait défaut pour les traiter...

+ 20 DE POMPES EN 2010

«-D'ici à décembre, la production d'une nouvelle gamme de pompes, à destination de l'industrie pétrolière, sera transférée des Pays-Bas en France-», annonce Ram Shorer, le directeur général France. Ce à quoi s'ajoute le triplement attendu du volume de vannes fabriquées d'ici à 2012. Du coup, l'usine tarnaise de Weir Minerals compte plus que jamais sur la polyvalence de ses opérateurs pour lisser la charge de production.

EN BREF

LE PROBLÈME - Augmenter la cadence de production alors que les séries, trop petites, ne permettent pas de réfléchir en termes de flux. LA SOLUTION - Former les opérateurs aux différents types de machines et les responsabiliser dans la gestion de leur planning.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0911

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bâtiments à énergie positive : de l'énergie à revendre

Bâtiments à énergie positive : de l'énergie à revendre

Les industriels ont mis au point de nouvelles technologies de production et de stockage pour accompagner l'avènement prochain des[…]

Optez pour l'agilité

Optez pour l'agilité

La cobolution décolle chez Airbus

La cobolution décolle chez Airbus

L'USINE 4.0 . PAGE 24

L'USINE 4.0 . PAGE 24

Plus d'articles