Nous suivre Industrie Techno

Voyage au cœur des BE français

Industrie et  Technologies
Je viens de terminer une série de reportages sur les bureaux d'études. Voici l'exemple de celui de Dairon, très représentatif des PME.


A l'occasion des reportages menés pour la rédaction du numéro spécial Bureaux d'Etudes du magazine Industrie & Technologies, qui sortira le 06 juillet, j'ai eu l'occasion de rencontrer nombre de responsables de bureau d'études, afin de faire le point avec eux sur les grands sujets du moment : réduire des coûts et des délais de développement ; trouver les bonnes compétences ; intégrer l'éco-conception, etc.

Parmi ceux-ci j'ai revu José Loyer, responsable du bureau d'études de Dairon, une société sarthoise spécialisée dans le matériel agricole, forestier et de chantier utilisant des fraises à axe horizontal. Je l'avais déjà rencontré voici trois ans alors qu'il venait de mettre en place Inventor d'Autodesk pour passer à la conception en 3D.

« La mise en place de cet outil de conception 3D, nous permet de vérifier très vite la validité d'un concept et l'absence d'interférences mécaniques dans son fonctionnement. C'est un gain de temps appréciable, car cela nous évite de construire des prototypes intermédiaires, notamment lorsqu'il faut valider de nouveaux concepts. Mais il faut savoir jusqu'où ne pas aller trop loin avec ces prototypes virtuels ».



En effet, depuis ma première visite Dairon a fait un gros effort de standardisation des composants utilisés dans ses produits et a pour cela mis en place, parallèlement à Inventor, l'outil de GDT Vault. « Cela nous a permis de créer une bibliothèque de modèles 3D contenant tous les composants et sous-ensembles standard que nous utilisons. Nous pouvons ainsi gérer facilement les évolutions de toutes nos pièces et en connaître tous les cas d'emploi. Par contre, c'est tellement simple de créer des assemblages en puisant dans cette bibliothèque, c'est comme jouer avec un Meccano, que nos projeteurs sont enclins à créer des prototypes virtuels comportant jusqu'à la moindre goupille ou rondelle, ce qui bien souvent n'apporte rien de plus ».

José Loyer estime toutefois que la mise en place la mise en œuvre de la conception 3D et l'effort de standardisation qui a suivi ont permis de réduire d'un tiers la phase de conception de ses machines.
De plus, la mise en place de Vault, qui gère les indices des plans des différentes pièces, évite aussi les erreurs de fabrication. « Le service méthode connaît via Vault le dernier indice valable pour un plan et le renseigne dans l'outil de GPAO. L'opérateur chargé de l'usinage vérifie avant d'opérer que l'indice du plan fourni et celui porté sur la fiche de fabrication sont identiques ».

Globalement Inventor Pro, qui permet la simulation des mécanismes, répond aux besoins de Dairon. « Le logiciel dispose même de certaines capacités en conception surfacique qui nous ont par exemple permis de concevoir le bac de ramassage en plastique qui va équiper notre prochain défeutreur de gazon ».

Dairon entend maintenant mettre l'accent sur les méthodologies de conception, notamment en intégrant le calcul et la simulation numérique dans son processus de développement, afin d'optimiser les poids et formes des multiples pièces pour en réduire les coûts matière et usinage. « Cela devrait nous permettre aussi de réduire encore un peu plus le nombre de nos prototypes, l'objectif étant de n'en fabriquer qu'un seul pour les derniers essais de validation et de mise au point sur le terrain. Une phase qui demande quand même de 3 à 5 mois suivant les engins ».

Cette diminution du nombre de prototypes complet s'accompagne toutefois d'une utilisation grandissante du prototypage rapide. « Son utilisation sur des concepts nouveaux, nous permet d'obtenir en moins de deux semaines des maquettes 3D que nous utilisons à des fins de validation de la faisabilité. C'est à la fois bien plus rapide et bien moins cher que d'usiner des pièces prototypes dans la masse », constate José Loyer.

Cette série de reportage a aussi été l'occasion de m'intéresser aux hommes qui peuplent les bureaux d'études. Chez Dairon les projeteurs ont le BTS CPI (Conception de Produits Industriels) et l'un d'eux a fait une formation complémentaire sur les formes complexes à Laval.

José Loyer, qui a 33 ans, a quant à lui commencé par le CAP et le BEP Tourneur/Fraiseur, avant de faire un Bac Pro en dessin industriel et de terminer par un BTS CPI. Une solide formation, qui lui permet de connaître sur le bout des doigts à la fois les réalités de la conception et de la fabrication.

Comme beaucoup, il a commencé sa carrière professionnelle par de l'intérim, avant de devenir dessinateur chez un mouliste, qui n'a malheureusement pas survécu aux crises de cette profession. Il est alors devenu responsable de ligne de production chez Philips, avant de devenir responsable du bureau d'études de Dairon voici 9 ans.

Quand on le questionne sur sa meilleure expérience, il n'hésite pas : « c'est de pouvoir créer des choses qui font l'objet de dépôt de brevets, à la fois sous le nom de l'entreprise et sous mon nom. Le fait que l'entreprise m'associe à ces brevets est une reconnaissance de mon travail de la part de notre patron, ce que j'apprécie particulièrement ». José Loyer est ainsi codétenteur de 5 brevets, dont un sur un système de montage/démontage rapide des couteaux équipant les fraises qui sont au cœur des matériels de Dairon. Et le gain est appréciable : « Il ne faut plus que trois quarts d'heure pour équiper une fraise, contre une journée auparavant ».

Vite, toujours aller plus vite... Pas très étonnant quand on sait que Dairon est implanté à Mulsanne au cœur du mythique circuit des 24 Heures du Mans.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.mge-dairon.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 25 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles