Nous suivre Industrie Techno

Voiture électrique : la recharge urbaine se précise

Voiture électrique : la recharge urbaine se précise

Parkeon et Schneider Electric se sont associés autour de la borne de recharge.

© DR

Recharger les voitures électriques en ville reste très difficile voire impossible. Mais l'infrastructure se dessine. Parkeon et Schneider Electric se sont associés pour développer une offre commune. Déploiement, services, stabilité du réseau... Découvrez leur vision de la future infrastructure de recharge en ville.

Tout le monde s'accorde sur un constat : la voiture électrique va modifier la mobilité urbaine. Mais comment ? Sur la voirie, faudra-t-il réserver des places de stationnement à l'électrique ? Comment contrôler leur disponibilité ? Comment gérer le paiement ? Parkeon (spécialiste des horodateurs) et Schneider Electric (gestion de l'énergie) se sont associés. A la clé, les premiers éléments sur ce que pourrait être demain la recharge en ville de la voiture électrique.

Couplage à l'horodateur

Leur borne sera soit autonome. Elle gèrera alors 1 ou 2 places de stationnement. Soit couplée à un horodateur Parkeon. Dans ce cas, un seul paiement suffira pour le stationnement et la recharge, directement sur l'horodateur. Pour optimiser les coûts de raccordement au réseau et la visibilité dans la ville, l'idéal serait de raccorder 6 places de stationnement sur un même horodateur.

Accès par le web

Reste à gérer les flux de données. Selon Parkeon, le gestionnaire (la municipalité ou un prestataire) aura un état des lieux en temps réel. Il saura quelles bornes sont utilisées et à quelle puissance. Captées au niveau de la borne, les informations seront transmises à l'horodateur. Pour les premières versions, la liaison sera filaire par Ehernet. De l'horodateur, les données seront transmises par un modem GPRS ou 3G jusqu'aux serveurs informatiques de Parkeon, à Besançon. Parkeon hébergera lui-même les données et offrira, par le web, un accès à divers services pour le gestionnaire.

Allocation dynamique

La puissance disponible sera connue à chaque point de raccordement avec le réseau électrique. Elle sera répartie selon le nombre de places et, sur chacune, selon la demande des automobilistes. Ils auront en effet le choix entre des puissances de charge comprises entre 3 et 22 kW.

Au-delà de cette gestion "intelligente" de l'énergie, l'idée est d'offrir une allocation dynamique des places de stationnement. Le principe : un certain nombre de bornes seront installées dans la ville, sans toutes être réservées à l'électrique. D'un jour de la semaine à l'autre, la proportion ouvertes aux motorisations thermiques pourra changer. Durée de stationnement, abonnements pour les résidents... Pour Parkeon, le principe sera de s'adapter aux politiques de chaque municipalité. A condition, d'abord, qu'elles décident d'investir...

Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Dossiers

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Pour la quasi-totalité des acteurs, l’heure n’est plus aux promesses de Gascons[…]

23/10/2020 | TransportGoogle
Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Dossiers

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Dossiers

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Batteries Lithium-ion : une vague de gigafactories déferle sur l'Europe

Batteries Lithium-ion : une vague de gigafactories déferle sur l'Europe

Plus d'articles