Nous suivre Industrie Techno

Vivre et travailler en 2030 : Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric, partage sa vision du futur

Vivre et travailler en 2030 : Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric, partage sa vision du futur

© Adrien Lachappelle

A l’occasion de l'événement « Life is On » sur le thème "Vivre et travailler en 2030", organisé par Schneider Electric le 1er avril pour présenter ses technologies les plus récentes, son PDG Jean-Pascal Tricoire a présenté sa vision pour le futur de la multinationale française.

« Nos technologies doivent assurer que "Life is on". Il y a de la vie là où il y a de l’énergie. Elles doivent être efficaces, durables, et, bien sûres, connectées », a débuté Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric, lors de sa keynote (dont vous pouvez retrouver les moments marquants ici).

Augmentation de près de 90 % de la demande en énergie au cours des 30 prochaines années en raison  de l’urbanisation et de la numérisation croissante de la société, défi des réductions des émissions de CO2 ou de l’efficacité énergétique de l’industrie et des bâtiments, explosion des objets connectés (50 fois plus nombreux que les humains d’ici 5 ans !)… Les constats énoncés par le PDG de Schneider Electric veulent témoigner que l’entreprise française répond présente aux nouveaux enjeux du monde de l’énergie, pourtant extrêmement stable depuis le début du XXe siècle. « Depuis 10 ou 15 ans, on voit à l’oeuvre un changement exponentiel [dans le monde de l’énergie, NDLR] : notre mission est d’apporter les outils pour accélérer cette transition », annonce Jean-Pascal Tricoire, qui rappelle que 5 % du chiffre d’affaires de Schneider Electric est investi dans la R&D. 20 000 ingénieurs sont au service de l’innovation, dont 5 000 sur les logiciels et brevets. « Parmi nos principes d’innovation : le produit doit être simple, intégré, et numérique ».

« Nous sommes des fournisseurs de services »

Le but du message est clair : la société leader dans les infrastructures de Data Centers s’est adaptée à ce nouveau monde. Il y a quelques années, Schneider était un fournisseur de produits, dont beaucoup leaders sur leur marché, mais ces derniers n'étaient pas intelligents.  « En cinq ans nous avons travaillé sur notre offre de service pour proposer des systèmes connectés, intégrés et sûrs. Nous sommes à présent des fournisseurs de service ». Le dirigeant donne l’exemple des objets connectés. Schneider ne veut plus se contenter de fournir des capteurs, aussi bons soient-ils, mais veut emmener et valoriser la donnée jusqu’au client. Pour améliorer, par exemple, l’efficacité énergétique dans les immeubles (50 % de l’électricité dans le monde et 82 % de potentiel d’amélioration), ou encore dans l’industrie, secteur pour lequel 58 % du potentiel d’efficacité énergétique n’est pas réalisé. A titre d'exemple, en installant dans son propre siège social 3 000 capteurs, la multinationale a diminué d’un facteur 2 la consommation et d’un facteur 4 les coûts.

Data Centers verts, batterie "écoblade" pour le stockage de l’énergie dans les bâtiments (commercialisation prévue en 2017), Smart-Home et industrie connectée… Pour présenter ses technologies dans ces divers secteurs, Schneider a créé un site dédié intitulé Vivre en 2030

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Reportage] L’île Saint-Nicolas des Glénan bientôt autonome en énergies renouvelables

[Reportage] L’île Saint-Nicolas des Glénan bientôt autonome en énergies renouvelables

Dans l’archipel des Glénan, l’île Saint-Nicolas est équipée d’un « smart-grid »[…]

Des additifs qui réduisent le coût des supercondensateurs au lithium

Des additifs qui réduisent le coût des supercondensateurs au lithium

À Dunkerque, Grhyd injecte 20% d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel

À Dunkerque, Grhyd injecte 20% d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel

Reportage : Comment KSB a refondu sa production de chaleur à Pegnitz, en Allemagne

Reportage : Comment KSB a refondu sa production de chaleur à Pegnitz, en Allemagne

Plus d'articles