Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

[Vidéo] Un sabotage (organisé) à l’usine Ford de Valence

Juliette Raynal
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Vidéo] Un sabotage (organisé) à l’usine Ford de Valence

© Juliette Raynal / Industrie & Technologies

A Valence (Espagne), les équipes de Ford ont, elles-mêmes, distillé des pièces défectueuses dans la chaîne de production. Un moyen original de tester l'efficacité de leur système de traçage visuel, basé sur la vision par ordinateur.

Dans l’usine de Ford à Valence, une ribambelle de pièces défectueuses circule sur la chaîne de production. Ceci n’est pas l’œuvre de personnes malfaisantes mais des équipes du constructeur elles-mêmes, dans le cadre d'une opération originale baptisée Gremlin Tests. Objectif de ce sabotage savamment organisé ? Tester l’efficacité du système de traçage visuel déployé sur le méga site de production, dont sort 330 000 moteurs et 395 000 véhicules chaque année.

Ce système de traçage visuel repose sur une technologie de vision par ordinateur, couplée à une caméra et à un système d’éclairage. Lorsqu’un moteur passe devant les caméras, plus de 3000 clichés sont réalisés afin de reconstruire un modèle 3D de celui-ci et de le comparer à un modèle de référence. Cette approche permet de détecter d’éventuels défauts, des anomalies ou des pièces manquantes. Au total, le dispositif permet d'enregistrer un milliard de photos toutes les deux semaines. Toutes ces données sont ensuite stockées dans le cloud afin de pouvoir y accéder en cas de problèmes ultérieurs. 

Jusqu'à présent, seules quelques pièces de moteur présentant volontairement des défauts, des mauvais volants et des tableaux de bord inadaptés étaient distillés sur la chaîne de production. Désormais, ces sabotages sont étendus aux 34 étapes de montage d’un véhicule. Le constructeur américain envisage de déployer l’initiative à l’échelle internationale.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

 « Le risque de décrochage de la France sur les technologies d’impression 3D est réel », alerte Christophe Eschenbrenner, Président de France Additive

« Le risque de décrochage de la France sur les technologies d’impression 3D est réel », alerte Christophe Eschenbrenner, Président de France Additive

Organisées par l’association France Additive qui rassemble 130 acteurs français de l'impression 3D, les Assises[…]

Robotique : L’Europe accélère ses investissements dans la recherche selon un rapport de l’IFR

Robotique : L’Europe accélère ses investissements dans la recherche selon un rapport de l’IFR

Au laboratoire souterrain de l'Andra, l'étude des galeries se modernise grâce au robot Spot de Boston Dynamics

Au laboratoire souterrain de l'Andra, l'étude des galeries se modernise grâce au robot Spot de Boston Dynamics

[Diaporama] Au cœur de 3DCeram, la pépite limougeaude de l’impression 3D céramique

[Diaporama] Au cœur de 3DCeram, la pépite limougeaude de l’impression 3D céramique

Plus d'articles