Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

[Vidéo] Un robot industriel tisse une tête de chat

[Vidéo] Un robot industriel tisse une tête de chat

Ce portrait de chat a été tissé par un robot industriel à l'université technique de Vienne.

© Université technique de Vienne

Des chercheurs de l’université technique de Vienne ont développé un algorithme qui permet à un robot industriel de tisser des visages à partir d’images. Albert Einstein, Ada Lovelace et un chat se voient tirer le portrait dans le cadre de cette pratique appelée « string art ».

Le « string art » consiste à former une image en tirant des fils entre des crochets. A l’université technique de Vienne (Autriche), des chercheurs ont imaginé une façon originale de le pratiquer : déléguer la tâche à un robot industriel. En quelques heures, celui-ci relie les 256 crochets répartis autour d’un cercle de 63 cm de diamètre pour faire apparaître des formes. Notamment ici des visages comme celui d’Albert Einstein, d’Ada Lovelace, ou encore celui d’un chat.

Derrière cette performance artistique, un programme informatique qui calcule le chemin optimal du fil à partir d’une image. Le fil peut être enroulé par le droite ou par la gauche autour de chaque crochet, et arriver sur le crochet suivant par la droite ou par la gauche également. « Ainsi, même avec seulement une trentaine de lignes, il y a plus de variantes possibles que d’atomes dans l’univers observable », lit-on sur le site internet de l’université de Vienne. Or pour reproduire une image reconnaissable, il faut bien plus de trente lignes.

Les travaux ont été réalisés au Centre de géométrie et d’informatique de l’université technique de Vienne, avec le soutien d’un groupe de recherche à l’université des sciences et technologies du roi Abdallah en Arabie Saoudite.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« La France a tous les atouts pour faire émerger des licornes en robotique », lance Renaud Heitz, co-fondateur d’Exotec

« La France a tous les atouts pour faire émerger des licornes en robotique », lance Renaud Heitz, co-fondateur d’Exotec

Exotec, start-up de robotique de stockage basée à Croix, dans le Nord, a été sélectionnée pour[…]

21/01/2020 |
Pour bien commencer la semaine : Lhyfe industrialise la production d’hydrogène vert

Pour bien commencer la semaine : Lhyfe industrialise la production d’hydrogène vert

"Les robots modernes sont incroyablement maladroits", pointe Vincent Hayward, spécialiste de l'haptique et lauréat du Grand Prix Inria 2019

"Les robots modernes sont incroyablement maladroits", pointe Vincent Hayward, spécialiste de l'haptique et lauréat du Grand Prix Inria 2019

Pour bien commencer l’année : le best-of techno de 2019

Pour bien commencer l’année : le best-of techno de 2019

Plus d'articles