Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

[Vidéo] Un drone réussit à atterrir sur le toit d'une voiture qui roule à 50km/h !

Juliette Raynal
[Vidéo] Un drone réussit à atterrir sur le toit d'une voiture qui roule à 50km/h !

© Capture d'écran - vidéo YouTube

Des chercheurs de l'Ecole polytechnique de Montréal ont utilisé des capteurs peu coûteux pour permettre à un drone d'atterrir sur le toit d'une voiture qui circule à 50 km/h. De quoi faciliter les futures opérations de livraison. 

Utiliser les drones pour inventer la livraison du futur. Amazon, Google, RakutenWalmartLa Poste… Tout le monde y pense et planche sur le sujet. Mais les drones présentent un inconvénient : leur autonomie restreinte limite les distances qu’ils peuvent parcourir.

Des drones de livraison pour le dernier kilomètre

Pour surmonter cet écueil, une des pistes étudiées consiste à  faire décoller et atterrir des drones depuis des véhicules terrestres. Les aéronefs effectueraient ainsi uniquement le fameux « dernier kilomètre ». Si les drones pouvaient décoller et atterrir alors que le véhicule est en mobilité, l’approche gagnerait davantage en efficacité. Toutefois, si un décollage depuis une voiture en déplacement semble faisable (cela s’apparenterait à un décollage en conditions venteuses), effectuer un atterrissage dans ces conditions de mobilité semble beaucoup plus périlleux.

Alexandre Borowczyk, chercheur au laboratoire des systèmes mobiles robotiques et autonomes de l'Ecole polytechnique de Montréal, pourrait avoir trouvé la solution. Avec son équipe, il a utilisé des capteurs peu coûteux pour mettre au point un système simple permettant à un drone autonome d’atterrir sur une voiture mobile, explique un article de la MIT Technology Review.

Des capteurs peu coûteux pour assurrer l'atterrissage

Le dispositif repose sur une zone d’atterrissage sur le toit du véhicule, matérialisée par un code-barres en 2D, baptisé AprilTag, et couplée à un téléphone mobile qui diffuse ses coordonnées GPS et enregistre tout changement de direction. L’aéronef est également équipé d’une unité GPS et d’une centrale inertielle, ce qui lui permet de se situer dans un environnement 3D. Le drone embarque enfin une caméra, ainsi qu’un processeur dédié qui lui permet de traiter les images et de définir des trajectoires.

L’atterrissage se décompose en deux phases. Dans un premier temps, le drone planifie une trajectoire pour aller jusqu’à la voiture en utilisant ses informations de position et celles du véhicule. Ensuite, le drone utilise sa caméra embarquée pour localiser le code-barres et atterrir sur le toit de la voiture.

Grâce à cette méthode, les chercheurs sont parvenus à faire atterrir un drone sur un véhicule se déplaçant à 30km/h, puis à 40km/h et même à 50km/h. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Lors du salon Supply Chain Event, qui se tient les 3 et 4 décembre à Paris, Renault a présenté un retour[…]

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Plus d'articles