Nous suivre Industrie Techno

Vidéo : un astronaute contrôle un robot avec un joystick haptique depuis l’espace

Vidéo : un astronaute contrôle un robot avec un joystick haptique depuis l’espace

© ESA

Situé en orbite à 400 kilomètres de la surface de la Terre, l’astronaute Andreas Mogensen est parvenu à contrôler le robot Interact Centaur avec une très grande précision. Cette opération a pu être réalisée, entre autres, grâce à des technologies de retour de force et de réalité augmentée. 

C’est une première mondiale. Lundi 7 septembre l’astronaute danois Andreas Mogensen est parvenu à contrôler en temps réel un robot terrien depuis la Station spatiale internationale (ISS), située à 400 km d’altitude. Cette manipulation a été effectuée dans le cadre d’un projet d’expérimentation baptisé Interact, développé par le Laboratoire télérobotique et haptique de l’Agence spatiale européenne (ESA) en collaboration avec l’Institut robotique de l’Université de technologie de Delft.

Dans les détails, l’astronaute a réussi à manipuler le rover Interact Centaur, situé dans le centre de recherche et technologie spatiale de l’ESA à Noordwijk aux Pays-Bas, de manière à ce qu’il se positionne devant une table de travail, puis insère une tige métallique dans un trou, avec une marge d’erreur inférieure à 0,16 millimètre. Pour exécuter cette tâche de haute précision, le robot, monté sur quatre roues, était équipé de quatre caméras et de deux bras robotisés Kuka munis de pinces et de capteurs de force. De son côté, Andreas Mogensen disposait d’un joystick doté d’une interface haptique, lui permettant de ressentir les éventuelles résistances rencontrées par le robot.

L'autre défi technologique de cette expérimentation consistait à surmonter le décalage de 0,8 seconde entre l’envoi du signal depuis l’ISS et l’action du robot. En effet, les commandes envoyées par l’astronaute parcouraient une distance de 90 000 km en transitant d’abord par un satellite de télécommunication, puis par une base de la Nasa située au Nouveau-Mexique aux Etats-Unis avant d’être renvoyées à Noordwijk, aux Pays Bas.

Pour ce faire, l’équipe a développé un logiciel permettant de prédire les trajectoires du robot. Le système a été couplé à un dispositif de réalité augmentée. Grâce à des marqueurs affichés en surimpression sur les flux vidéo, Andreas Mogensen pouvait ainsi visualiser la position finale du robot avant même qu’il n'entâme son action.

L’astronaute s’est essayé à deux tentatives. La première a été effectuée en 45 minutes. La seconde en dix minutes. Sur une page dédiée, l’agence spatiale européenne explique que cette expérimentation pourrait être déclinée sur Terre pour envoyer des robots dans des zones dangereuses et inaccessibles, comme sur les sites nucléaires par exemple.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le satellite d’imagerie hyper-spectrale Prisma a été mis en orbite

Le satellite d’imagerie hyper-spectrale Prisma a été mis en orbite

Lancé dans la nuit du 21 au 22 mars 2019 pour le compte de l’Agence spatiale italienne, le satellite Prisma ira observer la Terre pendant[…]

22/03/2019 | SpatialSatellite
Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Icare et Exotrail créent un laboratoire pour miniaturiser les moteurs ioniques

Icare et Exotrail créent un laboratoire pour miniaturiser les moteurs ioniques

Plus d'articles