Nous suivre Industrie Techno

[VIDEO] Le Pentagone teste un essaim de drones collaboratifs

Séverine Fontaine

Mis à jour le 11/01/2017 à 10h20

[VIDEO] Le Pentagone teste un essaim de drones collaboratifs

Les mini drones sont lâchés par ces F/A-18 Super Hornet.

Le Pentagone a expérimenté le lancement d’un essaim de drones sur une mission. La centaine de drones a été lâchée en plein vol, sans ordre d’exécution précis, pour voir comment ces derniers s’organisent par eux-mêmes. 

L’organisation d’un essaim de robots dans la réalisation d’une tâche n’est pas nouvelle. Des chercheurs d'Harvard ont développé en 2014 un programme permettant à 1024 mini robots de collaborer pour exécuter une tâche complexe. Le Pentagone a réalisé une démonstration de robotique collaborative sur le terrain, rapporte le MIT Technology Review. Largué en plein vol par un avion de chasse, 103 drones Perdix en essaim devaient effectuer une mission. Pour y parvenir, aucune instruction ne leur a été donnée : ils devaient eux-mêmes trouver la meilleure approche.

Les individus de l’organisme partagent le même « cerveau » et doivent s’adapter les uns par rapport aux autres, comme dans la nature. Chaque Perdix communique et collabore avec tous les Perdix. L’essaim n’a donc pas de leader et peut s’adapter aux drones entrant ou sortant du groupe. A noter également que ces drones ont été développés pour résister aux conditions subies lors de leur déploiement (chocs, vitesses de 740 km/h (0,6 Mach), températures de – 10° C).

Découvrez en vidéo l’organisation des drones : 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

Limitée par les technologies de fabrication traditionnelles, l’optimisation de la dynamique des fluides trouve une nouvelle alliée[…]

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Dossiers

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Plus d'articles