Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

[Vidéo] Ballu, un robot particulièrement gonflé !

Juliette Raynal

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Vidéo] Ballu, un robot particulièrement gonflé !

© Romela UCLA

Ballu est un robot bipède pas comme les autres. Composé de câbles et de ballons gonflés à l'hélium, il est capable de réaliser toutes sortes de déplacements de manière stable et sécurisée. En revanche, difficile d'imaginer des applications concrètes. Ballu est avant tout un objet d'étude.

Ballu peut marcher en avant, en arrière, monter et descendre des escaliers, sauter, atterrir, danser et même marcher sur l’eau. Ballu est un robot. Un robot qui ne tombe pas et dont le look est particulièrement étonnant et minimaliste.

Des ballons gonflés à l'hélium

L’engin est seulement constitué de ballons gonflés à l’hélium pour le buste et de deux jambes extra fines et dotées d’un seul et unique degré de liberté au niveau du genou. Cette articulation est actionnée par des câbles reliés à des moteurs, situés au niveau des pieds où l’on retrouve également les composants de communication et d’alimentation.

Ballu, pour Buoyancy Assisted Lightweight Legged Unit, est le fruit de travaux de recherche menés par le laboratoire Romela (Robotics and Mechanisms Laboratory) de l’université de Californie à Los Angeles. Il a été présenté la semaine dernière à l’occasion d’une conférence sur la robotique humanoïde qui s’est tenue à Cancun (Mexique).

Un objet pour étudier le déplacement des robots

Objectif de l’équipe de recherche, dirigée par le professeur Dennis Hong : tester de nouvelles approches pour construire des robots capables de se déplacer aisément et de manière stable et sûre dans des environnements humains complexes, avec des escaliers, des obstacles ou encore des terrains accidentés. « Comme nous l’avons vu au DARPA Robotics Challenge, les robots humanoïdes sont encore trop lents, trop instables, trop chers et trop dangereux » a expliqué le professeur Hong au site Digital Trends.

Si Ballu répond d’une manière étonnante à cette problématique, il ne se destine ni à porter des charges importantes, ni à effectuer des manipulations précises. Autre problème de taille : il est particulièrement sensible au vent et ne peut donc intervenir en extérieur. En fait, Ballu est avant tout un objet d’étude sur le déplacement des robots. Il a l’avantage d’être extrêmement léger, peu coûteux, et intrinsèquement sûr. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des chercheurs américains font avancer les procédés d’impression par photopolymérisation

Des chercheurs américains font avancer les procédés d’impression par photopolymérisation

Depuis quelques années, les tentatives d’optimisation des techniques d’impression 3D par photopolymérisation se sont[…]

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion supersonique, apnée du sommeil, CES 2019… les innovations qui (re)donnent le sourire

Le Naviator, un drone mi-oiseau mi-poisson

Le Naviator, un drone mi-oiseau mi-poisson

[Meilleures technos de l'année] L'envol des drones bio-inspirés

[Meilleures technos de l'année] L'envol des drones bio-inspirés

Plus d'articles