Nous suivre Industrie Techno

[Video] Alimenté au méthanol, ce robot-insecte se déplace deux heures sans batterie

Alexandre Couto
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Video] Alimenté au méthanol, ce robot-insecte se déplace deux heures sans batterie

Un réservoir de méthanol et des "muscles" en Nitinol suffisent à ce robot insecte pour se mouvoir en toute autonomie.

© Université Californie du Sud

Les chercheurs de l'Université de Californie du Sud, aux Etats-Unis, ont mis au point un robot poids plume capable de se déplacement en toute autonomie pendant deux heures. Une prouesse rendu possible en s'affranchissant des batteries et en puisant de l'énergie dans un réservoir de méthanol.

Ce petit robot ne manque pas de ressource. Une équipe de l’université de Californie du Sud, aux Etats-Unis a dévoilé le 19 août ses travaux sur un robot-insecte capable de fonctionner près de deux heures sans être alimenté par une batterie. Mesurant 15 millimètres de long pour 88 milligrammes – un vrai poids plume-, il puise son énergie dans une réserve de méthanol dont la combustion lui permet de se déplacer grâce à un système de muscle artificiel innovant.  

Les robots insectes, d’une taille guère supérieure à quelques millimètres, intéressent depuis quelques années les chercheurs en robotiques pour effectuer des tâches dans des endroits inaccessibles à l’homme.

Les recherches se sont multipliées dans ce domaine, allant du robot à la structure molle, au robot-cafard récemment présenté lors de l’International robotique conférence (IRC2020), capable de battre des records de vitesse. Toutefois, ces concepts se heurtent souvent à un problème de taille : l’alimentation en énergie.

Se rapprocher des caractéristiques d'un insecte réel

En effet, une batterie traditionnelle insérée dans le châssis, même miniaturisée, alourdit considérablement le robot, limitant ses mouvements et son autonomie. L'objectif des scientifiques est de se rapprocher le plus possible du poids et des dimensions d'un insecte réel.

Les « muscles » du RoBeetle mis au point par l’université de Californie du Sud sont constitués de fils façonnés en nickel-titane, un alliage également connu sous le nom de Nitinol qui, contrairement aux métaux traditionnels, se contracte lorsqu’il est chauffé.

Le fil est recouvert d’une poudre de platine, une matière qui joue le rôle de catalyseur dans la combustion des vapeurs de méthanol. La chaleur générée contracte donc les « muscles », amorçant ainsi le mouvement du robot. Cette action déclenche également une série de micro-soupapes qui se ferment alors automatiquement pour arrêter la combustion.

Le fil de Nitinol reprend alors sa forme initiale et le processus recommence. Le robot est ainsi capable de se mouvoir pendant 2 heures avec un réservoir de méthanol plein et peu porter une charge pesant 2,6 fois son poids.

Selon les chercheurs, ce dispositif permet d’emmagasiner 10 fois plus d’énergie que la plus petite batterie disponible, pesant 1 gramme.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trois projets de l’IRT SystemX pour optimiser la fabrication additive

Trois projets de l’IRT SystemX pour optimiser la fabrication additive

Lors d'un webinaire organisé le 25 novembre, l'IRT SystemX a présenté plusieurs projets menés avec des partenaires[…]

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés  », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

Plus d'articles