Nous suivre Industrie Techno

[Vidéo] A Toulouse, la plus grande volière de drones d'Europe

[Vidéo] A Toulouse, la plus grande volière de drones d'Europe

© ENAC

Avec sa nouvelle volière à drones, l'une des plus grandes d'Europe, l'Enac s'est dotée à Toulouse d'un outil majeur de recherche et d'expérimentation pour faire avancer des travaux de conception de nouveaux drones et contribuer à l'intégration des drones dans le trafic aérien.

La nouvelle volière à drones de l'Ecole nationale de l'aviation civile (Enac), installée depuis peu au coeur du campus toulousain, est un moyen d'expérimentation pour les mini-drones. Elle est unique en Europe : « Par sa dimension et ses équipements, elle est l’une des plus performantes zones instrumentées d’évolution « indoor » de drones d’Europe », insiste Olivier Chansou, directeur général de l'Enac. L'équipement dispose d'un hall dédié aux évolutions de drones de 1000 m3 (10 mètres de côté, 10 mètres de haut) équipé d'instruments de localisation et de mesure à haut niveau. Adossé à un laboratoire informatique, à un atelier mécanique et à une salle d'intégration, il vient renforcer une expertise déjà reconnue dans le domaine des drones.

Spécialisée dans la formation de pilotes et de contrôleurs aériens, l'Enac, école de la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile) sous tutelle du Ministère de la Transition écologique et solidaire, regroupe aussi des activités de recherche en ingénierie aéronautique, navigation aérienne et pilotage avions. Elle développe depuis 2005 des activités de R&D visant d'une part le développement de drones et de leurs usages civils et professionnels et d'autre part leur intégration dans le trafic aérien en toute sécurité.

Trois verrous technologiques majeurs

« Pour répondre aux attentes du marché et accompagner l'explosion internationale du marché des drones, l'enjeu pour les toutes prochaines années est bien l'intégration des drones dans le trafic aérien », souligne Yannick Jestin, en charge du programme de recherche « Systèmes Drones » à l'Enac. Le marché mondial des mini-drones, tant dans le domaine des loisirs que pour des applications professionnelles, est en effet en très forte croissance. On dénombre, rien qu'en France, pas moins de 350 constructeurs de petits drones (20 d'entre eux occupent les trois quarts du marché) et l'organisme international de contrôle aérien Eurocontrol estime à 400 000 le nombre des seuls mini-drones professionnels en Europe à l'horizon de 2035. « Trois grands verrous technologiques majeurs restent à lever pour accompagner leur intégration dans le trafic aérien, en matière de communication entre les systèmes, de sécurité à bord et de mécanismes d'évitement », précise Yannick Jestin.

Deux grands projets européens

L'Enac est ainsi engagée dans deux grands projets européens. Elle participe, au côté d'une université norvégienne et d'industriels de plusieurs pays européens, au projet européen Class, piloté par Airbus Defence and Space, qui vise à développer les technologies pour un système de gestion du trafic aérien sans pilote en temps réel. Ce projet va permettre d'améliorer les systèmes de détection collaboratifs et non collaboratifs des drones. En parallèle, les équipes de l'Ecole sont également engagées dans Corus, un autre grand projet européen, piloté par Eurocontrol, dans lequel on retrouve des partenaires de 6 pays, pour définir ensemble les futures règles de l'organisation de l'espace à bas niveau (en dessous de 150 mètres d'altitude). « Il s'agit de préparer l'évolution des réglementations européennes et mondiales », explique Yannick Jestin. Ces deux projets s'inscrivent dans le cadre du programme européen SESAR 2020 sur l'avenir de la gestion du trafic aérien en Europe. Ces problématiques de l'insertion des drones dans le trafic aérien sont aussi au cœur de la chaire « Systèmes de drones », mise en œuvre à l'Enac dès 2015, en partenariat avec Engie Ineo, Safran et le groupe ADP.

La certification des systèmes embarqués

Dans le cadre d'une fédération de recherche mise en oeuvre avec ses deux grands voisins toulousains, l'ISAE (Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace) et l'Onera, les équipes de l'Enac travaillent aussi sur un projet structurant visant la certification de systèmes embarqués sûres et robustes destinés aux drones. Ce projet qui associe très étroitement la DGA (Direction Générale de l'Armement) et la DGAC, intègre un volet très complet sur les questions de cybersécurité. Actuellement en cours de définition et de montage financier, ce projet national devrait être lancé officiellement à la fin de l'année 2018.

Ouverte à la communauté scientifique et aux industriels de la filière, la nouvelle volière toulousaine de l'Enac, qui permet de mettre en œuvre des simulations combinant le monde physique (réalité du vol) et le monde virtuel (simulateurs de drones, de trafic aérien, de conditions météorologiques...) devrait contribuer largement à ces nouveaux travaux de R&D.  

Découvrez cette volière à drones en vidéo : 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le centre Inria Lille met l'IA à l’honneur

Le centre Inria Lille met l'IA à l’honneur

Implanté au cœur du pôle d’excellence EuraTechnologies, le bâtiment « Place », fraîchement[…]

Robots agricoles, IA du trafic aérien, foot cérébral… les innovations qui (re)donnent le sourire

Robots agricoles, IA du trafic aérien, foot cérébral… les innovations qui (re)donnent le sourire

La robotique agricole en forum international à Toulouse

La robotique agricole en forum international à Toulouse

CubeSats martiens, prothèse robotisée, étiquette intelligente... les innovations qui (re)donnent le sourire

CubeSats martiens, prothèse robotisée, étiquette intelligente... les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles