Nous suivre Industrie Techno

Vicat rajeunit sa cimenterie de Montalieu

Christian Guyard

Sujets relatifs :

,
Vicat rajeunit sa cimenterie de Montalieu

Un dôme translucide - Cette forme circulaire est adaptée aux machines d'homogénéisation : la roche issue du convoyeur est distribuée de manière circulaire en un tas de 18 m de hauteur en forme de haricot. Ce tas est repris de manière radiale par un gratteur d'un débit de 600 t/h ; cette manipulation de dépôt circulaire et reprise radiale lisse les variations de composition de la roche.

© D.R.

Le site historique du cimentier devient une des plus importantes unités européennes avec un accent particulier sur l'efficacité énergétique.

Montalieu, en Isère, au bord du Rhône, est le site historique de Vicat. Créé en 1922, il a connu des améliorations au fil des ans. 2007 représente toutefois une vraie renaissance. Tout au long de la chaîne de fabrication, des équipements performants ont été installés pour remplacer l'existant. Objectifs : augmenter la capacité de production et diminuer les coûts tout en réduisant l'impact sur l'environnement. À Montalieu, cela se traduit par la suppression des poussières grâce à des filtres à manches plus performants que l'électrofiltre précédent, l'atténuation du bruit sur le convoyeur et les broyeurs, l'amélioration du rendement thermique sur le broyeur à cru et le four, la diminution des émissions d'oxyde de soufre et la transformation visuelle du site par la plantation d'arbres et de pelouses.

Cette cure de jeunesse s'inscrit dans la refonte complète du site, entreprise en 1993 (mise en service de la ligne de cuisson à sec) avec un investissement d'environ 200 millions d'euros, mais 2007 est l'année de mise en service progressive des gros équipements (51 millions d'euros).

Moindre consommation et plus de souplesse

Tout commence à la carrière d'où sont extraites les marnes. La noria de camions qui traversait la route nationale est remplacée par un convoyeur à bande de 1 850 m de long entièrement capoté pour des raisons de sécurité, de non pollution et de silence. Les roches concassées issues de la carrière descendent ainsi 60 m de dénivelé à 12 km/h pour un débit de 1 200 t/h.

Le convoyeur arrive ensuite dans l'immense hall d'homogénéisation. La solution retenue ici, pour ce hall circulaire de 97 m de diamètre, abritant 30 000 t de marnes, est une membrane technique souple (tissu de verre enduit) de 10 000 m2 en forme de dôme, fabriquée par Ferrari, une société locale spécialiste des tissus techniques.

On entre maintenant vraiment dans le processus cimentier. La marne venant du stockage est pesée au défilé dans une trémie à vitesse variable (350 t/h). C'est à ce niveau que sont introduits le calcaire et, de manière précise, quelques pour cent d'auxiliaires comme des sables de carrière, des sables de fonderie et de l'oxyde de fer. Ce mélange entre dans le broyeur à cru (Polysius), le plus gros en France d'après Vicat. Il remplace trois anciens broyeurs et assure le débit de 4 500 t/j nécessaire au four.

Le choix s'est porté sur un broyeur vertical, à quatre galets, dont l'avantage est la moindre consommation énergétique (moins 25 % de consommation électrique) et la souplesse : avec 4 galets, il produit 380 t/h et seulement 250 t/h avec deux galets. C'est la reprise des traditionnels moulins à huile de l'antiquité qui broient par écrasement et non par chocs. Les gaz chauds issus du four sont introduits dans le broyeur, complétant ainsi le séchage (suppression de fioul), laissant au passage 60 % du dioxyde de soufre dans la farine élaborée. Celle-ci est alors remontée par convoyeur en tête des cinq cyclones en cascade qui assurent la précalcination avant l'entrée dans le four.

Pour faire passer la capacité de 3 500 à 4 500 t/j de clinker, le diamètre du four a été élargi sur une dizaine de mètres à l'entrée, la vitesse de rotation atteint 5 tr/min et la puissance des ventilateurs qui poussent les gaz de combustion a été augmentée. D'une longueur de 63 m, il est chauffé en tête à 2 000 °C par du combustible liquide et solide (coke de pétrole). Aujourd'hui, environ 40 % des calories sont apportées par des combustibles secondaires (huiles à détruire, farines animales, résidus de broyage), une proportion qui devrait bientôt passer à 70 %.

L'ENTREPRISE

- 3e cimentier français - 2 083 millions d'euros de chiffre d'affaires avec 48 % en France - 12 cimenteries dont 5 en France - Capacité de production totale 14,3 millions de tonnes par an - 6 600 personnes - À Montalieu : 120 personnes Production : 2 millions de tonnes par an de ciment

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0895

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bâtiments à énergie positive : de l'énergie à revendre

Bâtiments à énergie positive : de l'énergie à revendre

Les industriels ont mis au point de nouvelles technologies de production et de stockage pour accompagner l'avènement prochain des[…]

Optez pour l'agilité

Optez pour l'agilité

La cobolution décolle chez Airbus

La cobolution décolle chez Airbus

L'USINE 4.0 . PAGE 24

L'USINE 4.0 . PAGE 24

Plus d'articles