Nous suivre Industrie Techno

Vers une intégration au système de gestion des entrepôts

GUIDE RÉALISÉ PAR JEAN-CLAUDE FESTINGER
Déclinés en une multitude de modèles, options et variantes, les préparateurs ont vocation à s'intégrer au système de gestion des entrepôts.

La préparation de commandes est l'une des opérations de manutention les plus difficiles. Le préparateur peut traiter plusieurs tonnes de marchandises sur la durée de son poste de travail. Il prélève manuellement divers colis à différents points d'un entrepôt et les charge sur une palette pour préparer une commande. Il circule dans les allées de l'entrepôt sur un... préparateur de commandes.

Adéquation entre matériel et opérations à effectuer

Les magasins sont agencés en fonction du volume d'activité de l'entreprise, de la variété des produits et du type de marchandises à manipuler. L'emplacement des produits dépend de leur fréquence de rotation. Plus ils sont commandés, plus ils doivent être accessibles rapidement.

Quand l'entreposage se fait au sol, les opérateurs doivent sans arrêt monter et descendre de leur chariot. Lorsque les colis à collecter sont stockés sur plusieurs niveaux, ce sont des nacelles élevables qui les portent au niveau souhaité. L'efficacité de la préparation dépend donc de l'adéquation du matériel aux opérations à effectuer.

Trois familles de chariots se partagent le marché de la préparation de commandes : pour des prélèvements au sol à hauteur d'homme (1,60 m), en hauteur (jusqu'à 2,70 m) ou en altitude (à une dizaine de mètres)...

Pour la préparation au sol et à faible hauteur, le chariot possède habituellement des fourches qui sont indépendantes de la plate-forme de pilotage. Elles s'élèvent pour amener la palette où sont déposées les marchandises prélevées à hauteur du cariste et minimiser ainsi sa fatigue. Certains modèles peuvent être équipés de longues fourches autorisant le transport de deux palettes. D'autres disposent de bras porteurs jouant le rôle d'une première paire de fourches au sol, tandis qu'une seconde paire, juste au-dessus, porte la palette en cours de constitution. Cette architecture facilite la préparation "en couches" : des produits différents sont empilés en couches sur une même palette.

Grande ou petite hauteur, allées larges ou étroites...

L'industrie automobile a, quant à elle, tendance à faire usage du tracteur sans fourche muni d'un crochet, pour tracter un ou deux trolleys équipés d'une table à rouleaux afin d'alimenter en composants les lignes de montage. « Pour réduire encore la fatigue des préparateurs, on pourrait imaginer associer au chariot un système automatisé de préhension des colis », dévoile Albert Gobyn, responsable marketing produits chez Still.

La préparation à moyenne hauteur s'effectue avec un chariot à mât dont la plate-forme de conduite s'élève jusqu'à environ 2 000 mm. Ce qui rend possible le picking au second niveau d'un palettier. Les fourches fixées à la plate-forme s'élèvent avec elle. Elles peuvent être indépendantes pour être ajustées à la hauteur de dépose souhaitée.

Pour la préparation en altitude, il existe des chariots à nacelle élevable à moyenne hauteur (4 500 mm) ou à grande hauteur (jusqu'à 13 000 mm), pourvus d'un châssis suffisamment large (jusqu'à 1 400 mm) pour garantir la stabilité latérale de l'engin.

La préparation de commandes dans des allées larges s'effectue sans guidage au sol. Concernant les allées étroites (1,70 m), le chariot tridirectionnel est guidé par rail-galets, ou encore filoguidé, pour réaliser, le cas échéant, le stockage/déstockage des marchandises. Lorsque la nacelle est en position haute, la vitesse de déplacement est limitée (4 km/h à 2 500 mm). Ce type de chariot est polyvalent. L'opérateur est installé sur la nacelle élevable. Grâce au pivotement de la fourche, il effectue simultanément le stockage de palettes et des prélèvements sur des étagères à droite et à gauche de l'allée. Ces engins ne sortent pas du palettier. Ils déposent les palettes préparées à l'entrée du magasin : un second chariot se charge de la manutention au sol, hors des allées.

Demain, le chariot sera doté de la parole

Aujourd'hui, le bordereau de la commande en cours de préparation est disposé sur la plate-forme de conduite du chariot. Cette dernière est dotée d'un pupitre et d'un support pour terminal embarqué sur lequel s'affiche automatiquement la prochaine adresse de prélèvement dans le stock.

« Demain, prédit Albert Gobyn, de Still, le traitement de la parole pénétrera dans le chariot, et son système de commande numérique sera interfacé au dispositif pick-to-voice (ordres de préparation transmis par messages vocaux) d'ores et déjà utilisé par la grande distribution. » En d'autres termes, il ne fait pas de doute que, rapidement, le chariot va s'intégrer dans le système de gestion de l'entrepôt...

L'ESSENTIEL

La préparation de commandes est la tâche la plus complexe du travail en entrepôt ! Le choix du préparateur de commandes dépend - De la nature du stock et de son taux de rotation ; - De la saisonnalité de l'activité ; - Du nombre de références à prélever ; - De la présence de caristes détenteurs d'un Caces (certificat d'aptitude à la conduite en sécurité) pour la préparation de commandes à grande hauteur.

MARCHÉ

90% des produits vendus au titre de la préparation de commandes sont des préparateurs au sol ou à levée jusqu'au 2e niveau. Un combi coûte quelque 75 000 euros, contre 8 000 euros environ pour le préparateur de commandes au sol standard. 80% de ces chariots sont loués par des grands comptes sur de longues durées. - Selon Patrick Le Bourg, secrétaire général du Cisma, « le marché des préparateurs de commandes, à l'indice 100 en 1993, a culminé à l'indice 340 en 2001, pour revenir à environ 280 actuellement ».

LES CRITÈRES DE CHOIXSIX COMMANDEMENTS POUR UN CHARIOT

Un chariot adapté à la préparation de commandes...

- Convient obligatoirement à l'entrepôt (hauteur de prélèvement, périodicité...) - Respecte la directive européenne 2002/44/CE sur la protection des travailleurs contre les risques dus à l'exposition aux vibrations. - Son poste de travail est ergonomique.- Le poste de conduite comporte de nombreux rangements et peut embarquer un terminal électronique. - Son autonomie, les vitesses de translation et d'élévation des fourches, correspondent à l'engagement attendu. - Sa maintenance doit être réduite pour assurer une disponibilité maximale.

PORTRAIT-ROBOT DU PRÉPARATEUR DE COMMANDES AU SOL

- Une paire de fourches à l'arrière permet de supporter 2 palettes Europe ou 3 rolls. - Le moteur est souvent à l'avant, voire au centre. - Dans le poste de conduite : un accessoire (volant, timon, direction assistée électrique...) pour guider le chariot d'une seule main en marche avant ou arrière. - La plate-forme a une faible garde au sol : essentiel, car le cariste en descend 300 fois par jour !

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0871

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les OPUS de BT

Les OPUS de BT

Lancement en février 2005 Point fort : 7 modèles- Les sept préparateurs Opus sont équipés en standard du système de commande intégré "Powerdrive",[…]

Tempo d'Atlet

Tempo d'Atlet

EZK 100 + VQ 60 d'Hubtex Maschinenbau

EZK 100 + VQ 60 d'Hubtex Maschinenbau

La machine-outil touchée par le pragmatisme

La machine-outil touchée par le pragmatisme

Plus d'articles