Nous suivre Industrie Techno

Vers une gestion en temps réel des stocks

Guide réalisé par Thierry Mahé
Terminaux mobiles radiofréquences, et plus dernièrement étiquettes RFID et technologies vocales améliorent sans cesse un pilotage contrôle rapide précis et l'entrepôt.

Les logiciels de gestion d'entrepôt, ou WMS (Warehouse Management System) recouvrent tout à la fois la gestion des entrées (approvisionnement) et des sorties (livraison) d'un lieu de stockage. S'ajoute à cela la gestion des mouvements internes à ces entrepôts, comme la recherche du meilleur emplacement pour un lot, la préparation de commandes, le pilotage des flux physiques, etc. Mais ils font plus encore, car ces maillons essentiels de la chaîne logistique, ont une tendance certaine à empiéter sur certaines fonctions dévolues aux programmes de gestion industrielle de production (ERP), comme la planification des ressources. Et à rogner sur le territoire des outils dédiés à l'échange avec les prestataires extérieurs, comme les transporteurs. Enfin, cette famille de logiciels s'interface de plus en plus étroitement avec la gestion semi-automatique ou entièrement automatisée des automates de magasins, convoyeurs et autres engins de stockage.

Des modules ERP intègrent la gestion d'entrepôt

Car la gestion d'entrepôt ne peut plus se concevoir comme un maillon isolé ! Et les grands de l'ERP (SAP, Oracle, Baan, PeopleSoft) ont beau jeu, au travers de leurs modules "Supply Chain Management" d'offrir une fonction globale incorporant la gestion d'entrepôt.

Une offre logicielle pléthorique

Une tendance de fond est, de toute façon, de substituer à un produit monolithique une suite de logiciels complémentaires, afin de faire évoluer une configuration selon l'évolution des besoins. En cela, la structuration de ces produits autour de bases génériques type Oracle va dans le sens d'une segmentation des modules, comme d'une intégration vers les autres fonctions de gestion industrielle ou de gestion commerciale.

La gestion des stocks est l'une des premières briques de la chaîne logistique à avoir été informatisée. Aussi peut-on considérer à ce jour le WMS, du moins pour les grandes entreprises, comme un marché de renouvellement. Et l'offre est pour le moins pléthorique...

On ne dénombre pas moins d'une centaine de produits disponibles en France. Pour autant l'immense gamme de besoins particuliers (on ne stocke pas des produits congelés comme des produits de luxe) justifie des produits ciblés, voire des réalisations cousues main. L'offre logicielle restera nécessairement fragmentée. Mais les fournisseurs ont, depuis deux ans, une forte propension à se racheter entre eux. En partie pour faire face à l'arrivée en France de géants américains comme Manhattan Associates ou RedPrarie. En partie pour suivre la course aux technologies (RFID, vocal) qui deviennent la norme.

On demande à ces logiciels de "faire simple". Contrairement à des logiciels de gestion de production, ces outils sont en effet utilisés dans l'entrepôt lui-même, par un personnel par forcément familier des systèmes d'information. Des facultés étendues de paramétrage sont donc bienvenues. De même que des niveaux d'accès différentiés selon les prérogatives de l'utilisateur.

Pour revenir aux fonctions de base d'un logiciel de WMS, elles tiennent avant tout à l'affectation des emplacements de stock (zones de stockage) et au suivi des déplacements dans les zones de transit. À cette fin, les progiciels de WMS disposent d'outils d'optimisation sur un ensemble de critères comme la fréquence des rotations, le volume d'occupation, les déplacements des opérateurs...

Les flux externes comprennent la réception (avec éventuellement une étape de contrôle qualité) et les expéditions, rythmées selon l'ordonnancement des préparations de commande.

Le WMS est lié à l'essor des étiquettes RFID

Par ailleurs, comme le logiciel de WMS gère tout ce qui rentre et tout ce qui sort, c'est évidemment l'outil le mieux désigné pour assurer la fonction d'inventaire, global ou tournant. C'est aussi un outil rêvé de traçabilité, en particulier au regard des denrées périssables.

Certains produits mettent à profit la visibilité qu'a le WMS sur l'état présent et prévisionnel des stocks pour renseigner les produits attachés à la gestion des ressources humaines.

Incontestablement, la révolution que connaît aujourd'hui le WMS est liée à l'essor des étiquettes RFID, lesquelles assurent la communication via des ondes radiofréquences entre l'objet "taggé" et le transpondeur. Le passage de l'identification par codes à barres à une lecture via RFID devrait se traduire par un gain important en fiabilité et en temps de réponse. Car, à gros trait, on passe d'une succession d'opérations élémentaires (lire chaque code-barres) à un process quasiment continu, où le passage des marchandises sous portique autorise l'enregistrement en temps réel.

Pour autant, l'identification RFID ne s'applique pas à tous les cas de figure (la lecture non directionnelle peut être source d'erreur). Et le bas coût des codes à barres, ainsi que l'infrastructure installée, font que ce mode d'identification va perdurer.

Au rang des périphériques en plein essor, la technologie vocale fait des premiers pas très prometteurs. L'opérateur est guidé dans son travail par des ordres générés par synthèse vocale et, en retour, acquitte vocalement ses actions. Les premières expériences font état d'une forte diminution du taux d'erreur de préparation et d'une productivité en hausse.

Enfin, la gestion d'entrepôt s'est, à l'instar des ERP, largement ouverte à Internet, jusqu'à voir arriver des produits natifs Internet. Cela offre bien sûr une plate-forme de communication puissante entre l'entrepôt, ses clients et ses prestataires.

L'ESSENTIEL

La gestion d'entrepôt se renouvelle au travers de technologies et de besoins nouveaux - L'étiquetage RFID - Les technologies vocales - L'interface Internet - L'optimisation globale et non locale des flux inter entrepôts - L'interface avec les partenaires logistiques - Des exigences en traçabilité accrues

MARCHÉ

10% C'est selon ARC Advisory Group la croissance actuelle du marché du WMS. - Une croissance qui devrait se poursuivre à ce rythme jusqu'en 2006. La moyenne des coûts logistiques par rapport au chiffre d'affaires, dans les entreprises française, est autour de 6,5 % (Council of Logistics Management)

LES ERP À L'AFFÛT

- Les éditeurs de WMS vont-ils entrer en guerre contre les progiciels de gestion intégrée ? SAP affiche une telle stratégie avec son module WMS. Une fonction dont dispose aussi Oracle. À l'inverse, SSA joue la complémentarité entre ses deux acquisitions, Baan (ERP) et EXceed WMS. Idem pour Adonix (ERP) avec l'achat de Cle 128 (WMS). Dominique Dupuy (CXP) analyse : « Un ERP "bouge" peu, alors que la gestion d'entrepôt est très versatile. Là où le choix peut se poser, c'est sur un entrepôt en sortie d'usine. Mais dans ce cas, l'ERP se trouvera mis en balance avec des outils type MES (Manufacturing Execution System). »

LES CRITÈRES DE CHOIX

Les 7 questions à se poser avant d'investir - Quelle est la part d'éventuels développements spécifiques par rapport aux fonctions génériques ? - Le système demeurera-t-il mono-site ou s'étendra-t-il à d'autres entrepôts ? - La prise en main rapide du logiciel l'emporte-t-elle sur sa richesse fonctionnelle ? - Quel est (sera) le niveau d'imbrication du WMS à la gestion intégrée (ERP) ? - Quel est le poids présent et futur de la réglementation concernant les produits stockés (traçabilité) ? - La gestion fine des dates (produits alimentaires) et du contrôle qualité est-elle exigée ? - Vaut-il mieux acheter le logiciel ou le payer par redevances mensuelles ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0866

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La technologie au service du marketing

La technologie au service du marketing

La conférence fera le point sur les technologies transformant le téléphone mobile en outil marketing.En Europe, la communication sur mobile se limite[…]

Le rendez-vous de la sous-traitance

Le rendez-vous de la sous-traitance

Vers une intégration au système de gestion des entrepôts

Vers une intégration au système de gestion des entrepôts

Le CS20 de Still

Le CS20 de Still

Plus d'articles