Nous suivre Industrie Techno

Vers une démocratisation

Guide réalisé par Stéphanie Cohen
L'amélioration considérable des performances des PC ces dernières années a complètement modifié le visage des stations de travail traditionnelles.

La première question que l'on est tenté de se poser lorsque l'on parle de stations de travail est : existe-t-il encore une différence entre une station de travail et un PC bien "boosté" ? Force est de constater que la frontière est de plus en plus mince... L'amélioration phénoménale des performances des PC ces dernières années a complètement modifié le marché traditionnel des stations de travail (ST). Alors qu'il y a vingt ans, toutes fonctionnaient sous Unix avec des processeurs RISC, aujourd'hui, la très grande majorité d'entre elles - 90 % - ont des processeurs Intel ou AMD, nettement moins chers, et tournent principalement sous Windows.

Certification et évolutivité marquent les différences

Illustration de cette tendance majeure, l'un des fournisseurs historiques de machines RISC, Sun Microsystems, et son duo SPARC-Solaris, a engagé un partenariat avec AMD pour proposer une station équipée du processeur AMD Opteron. Elle fonctionne sous le système d'exploitation Solaris... « Avec ce produit, nous pouvons répondre à toutes les demandes des clients, souligne Denis Martin, chef de produits ST. Le processeur AMD Opteron est très performant pour la CAO et le calcul, et a été conçu dès le départ pour le 64 bits, comme Solaris. »

Pour être en adéquation avec cette tendance forte, il y a quelques mois Fujitsu Siemens a basculé l'un de ses PC dans la gamme des stations de travail. « Les clients demandent de plus en plus des stations à prix abordables ou encore des PC avec des spécifications disponibles habituellement sur les ST, souligne Alain Seigne, chef de produits PC et ST. »

Si Intel ou AMD grignotent petit à petit le marché des ST traditionnelles, il subsiste, malgré tout, quelques différences notables entre ces "nouvelles" ST et le PC de bureau. La première, essentielle, vient de la certification par les éditeurs de logiciels. Cette procédure, qui revient très cher aux fournisseurs, garantit la stabilité et la performance de l'architecture pour une application donnée.

Deuxième point clé, les stations sont plus évolutives, notamment en termes de slots disponibles pour la mémoire vive ou les disques durs. Ce critère est d'autant plus important qu'il est de moins en moins observé sur le marché des PC de bureau qui disposent, même pour une offre de base, de nombreux composants sur la carte mère.

Des transitions technologiques en cours

Enfin, les ST disposent des toutes dernières technologies disponibles. Concernant le disque dur, on trouvera de manière généralisée des systèmes à architecture série et non plus parallèle (Serial ATA ou Serial Attached SCSI). Par ailleurs, une barrette de mémoire ECC pourra détecter et corriger les erreurs de lecture ou d'écriture.

Côté graphisme, on ne retrouve pas les mêmes cartes dans un PC et dans une ST, que ce soit pour la mémoire (bientôt 1 Go) ou la qualité de fabrication. IBM, par exemple, n'utilise dans ses machines que des cartes Nvidia Quadro. « Ces cartes sont soumises à des spécifications strictes en termes de fabrication qui leur confèrent une plus grande stabilité », affirme Jean Theau, d'IBM.

Dernier aspect, plutôt inattendu, le système de ventilation. Il est beaucoup plus performant dans une ST, pour supporter un plus grand nombre de périphériques. « La réduction du bruit est l'un des axes de recherche les plus importants, affirme Jean Theau. L'augmentation constante de la fréquence exige de prendre en compte la dissipation thermique. Par ailleurs, derrière la notion de montée en température, il y a également celle de la fiabilité. » Des transitions technologiques, au niveau des processeurs comme de la conception globale du produit, sont en cours de développement pour concilier ces deux contraintes.

Unix reste une valeur sûre

Si le marché des stations Intel ou AMD prend largement le dessus, celui des produits sous Unix n'est pas mort, loin s'en faut. Beaucoup de constructeurs se sont désin- vestis de ce marché, mais il reste néanmoins très profitable. Sun Microsystems, qui possède plus de 50 % des parts de marché sur le segment Unix+Linux, installe toujours plusieurs milliers de nouvelles unités par an.

Pourquoi rester sous Unix ? Pour plusieurs raisons. Ces architectures restent plus robustes et ont un cycle de vie plus long (3 à 5 ans contre 18 à 24 mois pour les postes Intel ou AMD), du fait d'une mise à jour moins fréquente des composants. Par ailleurs, pour les grands comptes qui ont l'habitude d'administrer un parc sous Unix, il n'est pas simple de changer de méthodologie, d'autant que leurs serveurs disposent de la même architecture.

Enfin, et c'est peut-être le plus important, dans les domaines de l'automobile ou de l'aéronautique, certains logiciels comme Catia V4 ne tournent encore que sous Unix, et certaines applications "maison" ont été développées pour ces architectures. Le portage et la réécriture des logiciels pour un autre système peuvent représenter un investissement important.

Cependant, malgré cela, même des utilisateurs historiques de stations sous Unix, comme Renault ou Peugeot, pensent à basculer. Car le coût du portage doit être mis en balance avec celui, nettement moins élevé, des machines Intel ou AMD... Par ailleurs, plusieurs applications sous Unix se sont tournées vers Linux, qui s'administre de la même manière mais revient moins cher.

Quoi qu'il en soit, en vingt ans, la ST a bien changé de visage. Elle est moins chère et se démocratise. Une tendance de fond illustrée par la montée en puissance des stations portables.

L'ESSENTIEL

1. 90 % des stations de travail vendues aujourd'hui ont des processeurs Intel ou AMD. - Elles sont nettement moins chères que les stations de travail RISC/Unix. - Le système d'exploitation est principalement Windows. - Elles sont équipées d'un ou plusieurs processeurs, simple ou double-coeur. 2. Les stations RISC/Unix persistent... - Pour les applications "maison" ou tournant uniquement sous Unix - Pour conserver l'administration commune sous Unix de serveurs et de grands parcs de stations de travail - Pour une plus grande robustesse et durée de vie.

MARCHÉ10 % des ventes

C'est, cinq ans après leur lancement, la part des stations de travail portables et elle ne cesse de croître. - L'amélioration générale des composants (processeurs, cartes graphiques, écrans) permet d'atteindre des performances proches de celles d'un poste fixe.

LES CRITÈRES DE CHOIXLES SPÉCIFICITÉS À ANALYSER AVANT DE CHOISIR SA STATION DE TRAVAIL !

- Le logiciel applicatif Sous quel système d'exploitation fonctionne-t-il ? Peut-il tirer profit d'un processeur double-coeur ? Est-il optimisé pour l'architecture 64 bits ? La performance générale de la station dépend directement des exigences de l'application. - Le besoin d'évolutivité Notamment en termes de mémoire vive et de disques durs. - Les performances requises Les performances graphiques. Le calcul intensif. Le stockage de données. - Le type d'utilisation Dans un bureau. Chez le client. Sur un chantier, une plate-forme pétrolière... Les stations portables étant de plus en plus performantes, le choix entre poste fixe et station portable s'impose.

PC HAUT DE GAMME OU STATION DE TRAVAIL ?

Un PC haut de gamme est-il toujours moins cher qu'une station de travail ? Non ! Si l'on demande à un PC d'intégrer des composants peu classiques comme une carte graphique haut de gamme ou une barrette de mémoire ECC, il n'est pas rare que son coût dépasse celui d'une station de travail. « Nous nous battons contre ces idées fausses, affirme Alain Marx, chef de produits ST chez Dell. La première question à se poser est : quel est le besoin du client ? » De la réponse découlera la solution optimale. La chaîne de fabrication des ST intègre, à la base, des disques durs aux technologies plus sophistiquées (SATA ou SAS), des cartes graphiques à partir de 256 Mo ou encore des cartes contrôleur Raid. De plus, ces configurations sont certifiées par les éditeurs de logiciels. Alors, pourquoi choisir un PC quand on peut avoir une station de travail certifiée et peut-être moins chère ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0880

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

DU 26/03 AU 24/04

DU 26/03 AU 24/04

MARS Salons Tissue World Salon international consacré à l'industrie du papier et ses dérivés, avec congrès. - Du 26 au 29 mars à Nice (France)[…]

01/03/2007 | Agenda
Ils servent à tout !

Ils servent à tout !

IRB 140 et IRB 140T de ABB MC

IRB 140 et IRB 140T de ABB MC

Viper s650 d'Adept

Viper s650 d'Adept

Plus d'articles