Nous suivre Industrie Techno

abonné

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Afin de permettre aux PME, bureaux d’études et instituts de recherche de franchir un cap en passant au prototypage fonctionnel et à la production de petites séries, les fabricants d’imprimantes 3D améliorent leurs machines.

Etablir une passerelle entre le monde du prototypage et celui de la production, c’est le nouveau credo des fabricants d’imprimantes 3D. Alors que le marché devrait franchir la barre symbolique des 10 milliards de dollars en 2019, selon le cabinet américain SmarTech Publishing, la gamme des imprimantes 3D dédiées aux bureaux de design et au prototypage ne cesse de s’étoffer. Il leur faut désormais satisfaire des attentes qui, au fur et à mesure que la technologie faisait ses preuves, ont évolué. « Il ne s’agit plus de simple prototypage, affirme Sébastien Vercruysse, directeur du business development de Prodways Group. Ces imprimantes doivent aller au-delà, pour répondre à plusieurs types d’applications (validation de forme, pré-série…) afin d’atteindre un retour sur investissement intéressant. » « L’enjeu est de garantir les mêmes propriétés mécaniques, de résistance et d’étanchéité que les gammes de production, mais à moindres coûts afin de passer du prototypage design au prototypage fonctionnel », ajoute Nicolas Aubert, le directeur du développement impression 3D de HP France.

Technologies complémentaires

« Les fabricants d’imprimantes d’entrée de gamme dopent leurs produits pour les rendre plus experts, quand les fabricants de machines industrielles adoptent une stratégie de downsizing pour mettre leur technologie à la portée du plus grand nombre », souligne Émilie Demas, à la tête du business development de l’intégrateur de solutions d’impression 3D de bureau Makershop. Et ce, quel que soit le procédé : si le dépôt de matière fondue (FDM) demeure le plus utilisé, la stéréolithographie (SLA) ou le frittage sélectif par laser (SLS) se défendent également. « Sur ce marché, toutes les technologies ou presque sont représentées. Elles ne sont pas en compétition, mais complémentaires. Il est fréquent pour un bureau d’études d’avoir plusieurs imprimantes de technologies différentes », poursuit Émilie Demas.

Parmi les fabricants d’entrée de gamme, le néerlandais Ultimaker, issu du marché des makers, a posé les premiers jalons, l’été dernier, avec sa S5. Vendue un peu plus de 5 000 euros, cette imprimante FDM double extrusion doit permettre de réaliser des pièces complexes de grande taille (330 x 240 x 300 mm) dans une large gamme de matériaux (PLA, nylon, CPE…). De son côté, Makerbot signe son grand retour avec Method. Plus discrète que la S5 avec son volume d’impression de 190 x 190 x 196 mm, mais dans la même gamme de prix, elle offre une résolution comprise entre 20 et 400 microns et une vitesse de 500 mm/seconde.

En matière de stéréolithographie, l’américain Formlabs réalise une entrée remarquée avec la Form 3 (3 299 euros) et la Form 3L (9 399 euros). Deux imprimantes résine réalisant respectivement des pièces de 145 x 145 x 185 mm et 300 x 330 x 200 mm selon le procédé Low force stereolithography. Grâce à deux projecteurs fixant les photopolymères, la Form 3L offre un volume d’impression cinq fois plus important et imprime quatre fois plus vite que les précédents modèles de la marque.

Les machines industriels descendent au protoypage

À l’autre bout du spectre, les fabricants de machines industrielles comme Stratasys, HP et Prodways ont opéré le chemin inverse pour pénétrer le marché du prototypage. « Notre objectif est de démocratiser la technologie afin de la faire entrer dans les bureaux d’études. C’est une question primordiale. Actuellement, il n’y a pas un designer qui n’ait son imprimante 3D », explique Sébastien Vercruysse, chez Prodways. Avec sa machine Solidscape DL haute précision, utilisant des résines liquides, le français permet aux joailliers de produire de petites séries à un coût réduit de plus d’un tiers. De son côté, Stratasys entend plus largement toucher les bureaux d’études, mais aussi les universités et les instituts de recherche « qui ont besoin d’accéder à des imprimantes plus abordables, mais présentant la reproductibilité et la fiabilité de systèmes haut de gamme », indique Éric Bredin, le vice-président de Stratasys pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

Fruit de plus de 1 000 heures de tests indépendants sur la reproductibilité des caractéristiques, la robustesse des[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1021-1022

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

FastWorks : la conception en mode start-up de General Electric

FastWorks : la conception en mode start-up de General Electric

En marge de la Foire de Hanovre, General Electric a présenté un nouveau disjoncteur intelligent. Outre ses capacités de[…]

Design : de la pensée à l’action

Point de vue

Design : de la pensée à l’action

Marc Giget, innovation-man

Marc Giget, innovation-man

Adopter l’esprit ‘‘petit magasin du coin de la rue’’ dans l’industrie

Point de vue

Adopter l’esprit ‘‘petit magasin du coin de la rue’’ dans l’industrie

Plus d'articles