Nous suivre Industrie Techno

Vers des "usines à colis"

Wilfried Maisy
Vers des

© D.R.

Paris-Villepinte du 11 au 14 mars 2008. Les professionnels de la manutention, du transport et de la logistique convergent vers plus d'automatisme et de suivi en temps réel. Des chaînes de colis aux chaînes d'information, l'informatique est toute puissante.

Automatisation et dynamisme. Telles sont les tendances des nouveaux entrepôts, de plus en plus hauts, compacts et tournés vers la productivité. Ils deviennent peu à peu des "usines à colis". Sur le salon Manutention, les exposants ont mis l'accent sur la sécurité, le respect de l'environnement et le confort de travail. Parallèlement, dans le hall voisin, le salon SITL Europe (Semaine internationale du transport et de la logistique) s'adressait aux organisateurs logistiques et à leurs prestataires. La SITL fêtait cette année son 25e anniversaire. Force est de constater que depuis cinq ans, les outils informatiques visant à optimiser les surfaces d'entreposage et les exploitations de transport y ont pris une place grandissante. Nouvelles technologies de communication aidant, de nombreuses interfaces ont été développées entre ces partenaires de travail. Elles visent à automatiser toute la chaîne de circulation des marchandises.

Des solutions logistiques globales

Manutention et SITL sont aujourd'hui deux rendez-vous incontournables des industriels et des logisticiens. Ils sont complémentaires. Car c'est bien dans et autour de l'entrepôt, à la production comme à la distribution, que les évolutions se marquent. Au total, 40 026 professionnels ont visité les deux salons, 800 exposants étaient présents, dont 30 % d'étrangers.

Du côté de Manutention, les organisateurs ont concentré sur l'espace "l'entrepôt de demain" de 500 m2 plusieurs innovations en matière de bâtiments logistiques : des murs végétaux, un bassin de rétention, des cellules photovoltaïques... « Avec la double évolution que connaissent les marchés : fluctuations fortes de la demande et mondialisation de l'offre, l'entrepôt devient une usine avancée, explique l'organisateur de Manutention. Il n'est plus un simple lieu de stockage, mais un site créateur de valeur ajoutée. De plus, les bâtiments logistiques doivent mettre en oeuvre des politiques de respect de l'environnement et anticiper une approche durable de leur exploitation. La conception, les matériaux, les modalités de gestion doivent être revus. »

Dans cette logique, le constructeur de chariots élévateurs Jungheinrich se pose en fournisseur de solutions logistiques globales. « Nous exposons tous les composants nécessaires à l'équipement d'un entrepôt "clés en main" : les chariots de manutention, les différents rayonnages métalliques, les systèmes et logiciels de gestion d'entrepôt, sans oublier les services associés : formation des caristes, SAV et formules de financement », avance Béatrice Reignier, la responsable de la communication.

Les spécialistes de Manutention l'affirment : La France, est encore, par rapport à ses voisins européens, faiblement mécanisée en logistique. Un entrepôt automatisé demande des investissements lourds, qui se comptent en millions d'euros. De plus, dans l'Hexagone, le foncier est encore avantageux. On recherche donc moins à économiser de l'espace. « En France, nous vivons seulement maintenant l'automatisation générale des processus logistiques, relève Patrick Teissier, le directeur développement de Dematic. L'automatisation, pourtant, peut éviter de déménager ou de faire des extensions de bâtiment. On garde la même surface au sol, on monte un peu en hauteur, on se densifie dans le bâtiment existant et on accélère les flux. »

Dematic a exposé sur le salon le "Multi-Shuttle double profondeur". Au contraire d'un transtockeur, qui fonctionne sur la base d'un mât avec un outil de préhension de colis, le Multi-Shuttle est composé de navettes qui évoluent horizontalement dans le rayonnage. Ce système est adapté au stockage de charges légères, la préparation de commandes de colis et de palettes hétérogènes. « Il permet de rentrer et de sortir beaucoup plus de bacs ou de colis à l'heure : de 150 à 600 unités suivant les architectures, affirme le fabricant. Le Multi-Shuttle double profondeur prélève des marchandises placées sur de doubles rayonnages en saisissant des objets les uns derrière les autres. Il opère avec des pinces télescopiques articulées. Les colis sont acheminés vers le préparateur, dans l'ordre défini par le client - par type de produit, en fonction de l'implantation des rayons dans le point de vente. »

Autre nouveauté proposée pour le Trophée Innovation produits du salon : un système de préparation de commandes avec un chariot automatisé à reconnaissance vocale, l'AGV de Dematic. Le véhicule autoguidé se déplace grâce à un système de pilotage laser orienté par des bandes réflectives dans l'entrepôt, sans câble au sol. L'opérateur et sa machine reçoivent les ordres en temps réel. Le chariot transporte une palette en préparation le long de l'allée et s'arrête automatiquement à "l'adresse" exacte de la saisie. Les fourches du chariot se soulèvent à hauteur d'homme. L'opérateur, muni d'un terminal à reconnaissance vocale, confirme oralement les prélèvements qu'il vient de réaliser à la main. Puis le chariot se dirige vers la prochaine étape de saisie programmée. Lorsque le manutentionnaire a terminé de préparer sa palette, l'AGV se dirige spontanément vers la gare de palettisation pendant qu'un autre chariot rejoint l'opérateur dans l'allée de picking pour la préparation suivante.

Suppression des allées superflues

Pour SSI-Schaefer, société spécialisée dans les bacs, les rayonnages et les systèmes de stockage automatisés, les innovations portent sur les systèmes de préparation de commandes. Il a exposé le système de rayonnage dynamique KDR. « Le prélèvement des articles s'effectue sur des fronts de rayonnages. Le préparateur est posté de manière fixe. Les produits sont acheminés à lui sur un tapis roulant. Il n'a que quelques pas à faire pour préparer sa commande », explique Olivier Renaud, directeur des ventes Nord de SSI-Schaefer France. Ce stockage KDR permet de réduire de 40 à 70 % le trajet des opérateurs et donc d'augmenter la productivité. En outre, le gain de surface atteint 30 %, grâce à la suppression des allées superflues. Il est possible d'enrichir le dispositif d'un système "Pick to light" pour afficher électroniquement la quantité et le produit à prélever. Une lumière s'affiche sous le colis concerné.

En outre, le fabricant allemand a lancé sur le salon le bac FB-K 1354, conçu pour optimiser le flux de marchandises en bord de chaîne. Il possède un côté qui peut s'ouvrir, ce qui évite à l'opérateur de soulever le bras pour prendre ses produits. La taille maximale est de 1 800 x 600 x 450 mm. Il peut supporter une charge de 40 kg. »

ENTENDU AU SALON

À Manutention, 45 % des visiteurs viennent de l'industrie. 35 % appartiennent à la logistique et au transport. 10 % sont issus du commerce et de la distribution. » Soline Sommers, commissaire général du salon

POUR DAVANTAGE D'ERGONOMIE

> Le bac SSI-Schaefer FB-K possède un côté ouvrant, ce qui évite à l'opérateur de soulever le bras au-dessus du bac pour prendre ses produits, lors des préparations de commande. Le bac FB-K 1354 est réalisé sur mesure. Sa taille maximale est de 1 800 x 600 x 450 mm. Il peut supporter une charge de 40 kg.

POUR PRÉPARER PLUS DE COLIS

> Le Multi-Shuttle double profondeur de Dematic prélève des marchandises positionnées sur des rayonnages doubles en saisissant des objets situés les uns derrière les autres. Il opère avec des pinces télescopiques articulées. Les colis sont acheminés vers le préparateur, dans l'ordre défini par le client.

POUR IDENTIFIER RAPIDEMENT LES MARCHANDISES

> L'étiquette Zebra S-Slip de Zebra permet de gagner du temps dans le processus d'étiquetage des bordereaux de livraison. Plutôt que d'éditer un document avec une imprimante laser, de le plier et de l'insérer dans une pochette plastique qu'il faut fermer et coller sur le carton, le bon est imprimé directement sur une étiquette spéciale à coller.

RÉCOMPENSÉ AU SALONLE SYSTÈME SUIT LE CARISTE À LA TRACE

- Le salon du transport et de la logistique a distingué quelques fournisseurs de solutions innovantes. Dans la catégorie "Système d'information logistique", c'est le logiciel ISS Logistics Explorer qui a été récompensé. Spécialisé dans l'externalisation des fonctions logistiques de sites industriels, ISS Logistique et Production a développé avec Atos Worldline une solution embarquée dédiée à la traçabilité des flux logistiques internes. Une cartographie des mouvements des engins ISS Logistics Explorer s'appuie sur de l'informatique embarquée dans les engins de manutention (GPS et détecteurs de charge et de chocs). La solution permet de contrôler en temps réel l'accès aux engins, le type d'utilisation (roulage, traction, levage), l'horodatage et la géolocalisation des différents événements. « Soit une cartographie des mouvements des engins de manutention pour définir précisément le taux de service d'une logistique interne et la productivité des caristes », souligne ISS. «La solution est réellement innovante dans un contexte de généralisation des processus d'alimentation en juste-à-temps et de complexification des logistiques d'approvisionnement », a déclaré Denis Choumert, le directeur achats et logistique d'Italcementi Group et membre du jury.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0899

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Le projet Bashycat permet de récupérer les métaux contenus dans les catalyseurs des raffineries et des centrales thermiques.Qui dit combustion[…]

01/04/2009 | ENVIRONNEMENTInnovations
Téléphoner sans parler

Téléphoner sans parler

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Plus d'articles