Nous suivre Industrie Techno

Vers des innovations radicales

Propos recueillis par Youssef Belgnaoui Photo : J.L Bertini

Sujets relatifs :

,
Schneider Electric opère à la fois dans la distribution électrique, l'énergie sécurisée et les automatismes pour l'industrie et les bâtiments. Persuadé qu'il y aura de vraies mutations dans ces domaines, le groupe français ne veut pas se contenter de les accompagner. Il souhaite se placer en pourvoyeur d'innovations. Pour ce faire, il a créé, fin 2006, le poste de directeur de l'innovation, occupé par Bernard Larrouturou.

Industrie et Technologies : Schneider Electric vient de créer le poste de directeur de l'innovation, que vous occupez depuis novembre 2006. Pourquoi une telle fonction ?

Bernard Larrouturou : La création de ce poste est un message fort, voulu par Schneider Electric, pour montrer sa volonté de développer des solutions novatrices et affirmer que l'innovation est au coeur de la stratégie du groupe. Dans le passé, Schneider Electric a apporté à ses produits un certain nombre de ruptures technologiques mais, depuis quelque temps, on est plutôt dans une innovation progressive, incrémentale. Le groupe est conscient que cela ne suffit plus. Nous sommes persuadés qu'il va y avoir de vraies mutations dans notre industrie, même si on ne sait pas bien quand ni comment elles vont survenir. Dans un contexte de transformation d'une industrie, ce sont souvent des nouveaux venus qui apportent les idées nouvelles. Nous voulons démentir cette tradition et faire partie de ceux qui apportent des innovations de rupture.

I. T. : Comment pensez-vous parvenir à ce résultat ?

B. L. : Mon rôle est de mettre en place une organisation qui favorise l'émergence d'innovations radicales. Cela inclut la mise en place d'outils permettant la génération d'idées nouvelles et un processus de sélection des projets avec la prise de risque nécessaire à leur éclosion. Il faut une organisation particulière pour éviter que l'on ne tue les idées qui sortent de la ligne de développement habituelle. Ma mission est de définir cette organisation et de la déployer, puis de la superviser et de contribuer aux prises de décision favorisant l'innovation. Il est prévu de mettre en place cette année des initiatives pilotes ; l'organisation n'est pas encore figée, elle prendra forme d'ici à 2008.

I. T. : Quel sera votre rôle par rapport aux laboratoires de recherche ?

B. L. : Chaque branche d'activité (business unit) est responsable de ses centres de R&D. Je suis chargé d'animer et d'encadrer la direction scientifique et technique au niveau central, et de mettre en place la coordination nécessaire avec les centres de R&D des business units. Par ailleurs, Schneider Electric est l'entreprise leader de Minalogic, le pôle de compétitivité dédié aux micro- et nanotechnologies et aux logiciels embarqués, qui propose des produits et services autour des solutions miniaturisées intelligentes pour l'industrie. Avec Éric Pilaud, le directeur général de la division stratégique de Schneider Electric et président du pôle Minalogic, nous suivons de près les projets engagés au sein de ce pôle.

I. T. : Sur quels leviers entendez-vous agir pour accélérer l'innovation ?

B. L. : Nous jouerons sur plusieurs leviers et je vais en citer deux. Depuis environ six ans, le groupe a créé le fonds de capital-risque Schneider Electric Ventures. Cette entité finance, en fonds propres, de jeunes entreprises innovantes et à fort potentiel de croissance dans des domaines susceptibles d'intéresser le groupe. Son directeur fait partie de l'équipe de la direction de l'innovation. De plus, nous allons mettre en place une organisation pour incuber des projets de start-up internes au sein du groupe, à l'échelle internationale.

I. T. : Parmi toutes les activités du groupe, quelle est celle qui, selon vous, laisse la plus grande place à l'innovation ?

B. L. : Nous sommes le seul groupe qui opère à la fois dans la distribution électrique, l'énergie sécurisée et les automatismes pour l'industrie et les bâtiments. En s'appuyant sur ce portefeuille unique de produits, et en prenant en compte les besoins croissants d'efficacité énergétique exprimés par nos clients, il y a matière à innover considérablement en termes de services et de solutions. Par exemple, comment développer des solutions dédiées pour les grands centres de données informatiques.

De plus, l'innovation dont je parle n'est pas uniquement l'innovation technologique. Cela peut être une technologie existante déployée dans une nouvelle activité, ou encore une innovation dans le business model. Ma mission consiste aussi à être ouvert aux technologies développées par d'autres et à favoriser la co-innovation, ce que Schneider Electric a peu pratiqué.

I. T. : Vous avez dirigé l'Inria puis le CNRS. Ces responsabilités laissent-elles présager une accentuation des partenariats avec des organismes de recherche publics ?

B. L. : Oui, l'une de mes missions est de renforcer considérablement les liens tissés entre Schneider Electric et la communauté scientifique mondiale afin de développer, étendre et consolider les partenariats techniques. Il ne s'agit pas seulement de partenariats technologiques. Il faut également développer l'image de notre groupe auprès des grandes écoles et universités partout dans le monde.

Il faut que nous ayons des contacts privilégiés avec les grands établissements d'enseignement supérieur, que nous soyons présents dans l'écosystème des chercheurs, là où circulent les informations, sources des futures innovations technologiques. L'objectif est de tisser des liens, repérer des experts, attirer les talents, faire connaître Schneider Electric dans ce milieu.

LES CHIFFRES CLÉS

La R&D chez Schneider Electric - Environ 5 % du chiffre d'affaires consolidé investi en R&D - 6 500 personnes dans 25 pays - 60 centres applicatifs dans 18 pays - Partenariats avec 50 laboratoires d'universités privées

RENCONTRE AVEC BERNARD LARROUTUROU

DIRECTEUR DE L'INNOVATION DE SCHNEIDER ELECTRIC

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0887

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

MATÉRIAU

Focus

MATÉRIAU

Une plate-forme de soutien technologique aux PMELa naissance de la plate-forme technologique PFTCI de créativité industrielle de Saint-Nazaire[…]

01/04/2009 | AlertesR & D
TÉLÉCOMS

Focus

TÉLÉCOMS

ÉLECTROMÉNAGER

Focus

ÉLECTROMÉNAGER

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

Plus d'articles