Nous suivre Industrie Techno

Véhicule autonome : Le détecteur de failles logicielles de TrustInSoft séduit Tesla

Juliette Raynal
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Véhicule autonome : Le détecteur de failles logicielles de TrustInSoft séduit Tesla

© Capture d'écran - vidéo YouTube

La pépite TrustInSoft utilise les mathématiques pour éliminer les failles des logiciels. Utilisée dans l’aéronautique, le nucléaire, la défense, le spatial, les télécoms, l’IT, la technologie intéresse également les acteurs du véhicule autonome, dont Tesla. 

Issue de recherches menées au sein du CEAla start-up TrustInSoft a mis au point une technologie qui permet de garantir mathématiquement l’absence de défaut dans un logiciel. « C’est un véritable changement de paradigme. Grâce à notre technologie, nous sommes capables de garantir la qualité du logiciel avant qu’il ne soit testé », nous expliquait Fabrice Derepas, cofondateur et CEO de l’entreprise, lors du dernier Forum international de cybersécurité (FIC 2016).

Associer 3 modèles mathématiques

Concrètement, la start-up a mis au point un cadre technologique qui permet à différentes méthodes mathématiques de collaborer ensemble pour assurer la conformité à une spécification, l’absence de défauts et l’immunité de composants logiciels aux cyber-attaques les plus courantes.

TrustInSoft Analyzer de TrustInSoft

Maturité : industrialisée

Applications : Utilisée dans l’aéronautique, le nucléaire, la défense, le spatial, les télécoms, l’IT, la technologie intéresse également les acteurs du véhicule autonome, dont Tesla.

 

Au total, trois méthodes sont utilisées par TrustinSoft : l’interprétation abstraite, le model checking et enfin la preuve déductive. La technologie permet notamment d’éliminer les risques d’attaques de type Buffer Overflow (dépassement dans la mémoire informatique), qui permettent à un hacker d’exécuter du code à distance sur la machine ciblée.

La technologie de TrustInSoft fonctionne pour les logiciels développés en langages informatiques C, C++ et bientôt Java. Pourquoi ces trois langages en particulier ? « Parce que ce sont dans ces langages que toutes les couches critiques (systèmes d’exploitation, hyperviseurs, piles de communication) sont développées », explique Fabrice Derepas.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Collaboration start-up-grand groupe pour l'industrie 4.0 : tracer son chemin entre le sur-mesure et le générique

Collaboration start-up-grand groupe pour l'industrie 4.0 : tracer son chemin entre le sur-mesure et le générique

Arts et Métiers Accélération a organisé, mardi 6 juillet à Station F à Paris, un événement[…]

[Video] Grâce à la simulation, Facebook apprend aux robots à s’adapter à différents terrains

[Video] Grâce à la simulation, Facebook apprend aux robots à s’adapter à différents terrains

Comment le consortium « le Kollectiv » veut mettre l’exploitation des données au cœur du NewSpace

Comment le consortium « le Kollectiv » veut mettre l’exploitation des données au cœur du NewSpace

Cybersécurité dans le secteur de l'énergie : des infrastructures critiques à protéger

Avis d'expert

Cybersécurité dans le secteur de l'énergie : des infrastructures critiques à protéger

Plus d'articles